Dans l’épreuve de la course contre-la-montre ce 25 octobre 2019 en ouverture du 32e tour du Faso, le Burkina Faso a terminé 8e au classement laissant ainsi le maillot jaune à l’équipe d’Angola. Pour le directeur technique national de la Fédération nationale de cyclisme qui explique ici en quoi consiste l’épreuve, il n’y a pas lieu de s’alarmer car la compétition ne commence véritablement qu’avec la prochaine étape.

Avec un chrono de 8 minutes 35 secondes 50 centièmes, le Burkina Faso se classe derrière l’Angola, le Rwanda, la Belgique, l’Allemagne, les Pays-bas, la Suisse et l’Algérie. Un résultat peut-être en deçà des attentes du public, mais pour le directeur technique national de la fédération burkinabè de cyclisme, Martin Sawadogo ce n’est pas une surprise. Abdou Aziz Nikiéma et ses coéquipiers ont été tout simplement moins forts dans une épreuve spécifique où il faut savoir allier bon passage de relais, gestion du vent et homogénéité du groupe. « C’est vrai que ce n’est pas notre épreuve, mais nous n’avons pas été ridicules car le niveau était très relevé avec des équipes continentales, du moins pour la plupart de celles qui sont devant nous », a-t-il expliqué.  La course contre-la-montre est une épreuve qui consiste à identifier une distance à parcourir avec un bon temps soit en individuel ou en équipes. Selon le règlement du présent tour, a souligné Martin Sawadogo, la distance à couvrir est de 7 kilomètres et la course se fait par équipe. C’est le temps du troisième coureur qui est pris en compte pour toute l’équipe et la plus rapide de toutes remporte l’épreuve. Et le DTN de rassurer que le Burkina Faso ne part pas défavorisé après cette étape car le maillot jaune, selon lui, ne se joue pas sur cette épreuve, l’écart n’étant pas très significatif.

Voro KORAHIRE  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.