Participation de la femme en politique

Le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, a reçu en audience, le vendredi 25 octobre 2019 à Ouagadougou, une délégation suédoise conduite par le chef du département Afrique de l’Agence de développement de la Suède, Hans Magnusson.

La question de la participation de la femme en politique au Burkina Faso préoccupe la Suède qui a dépêché une délégation, le vendredi 25 octobre 2019 à l’Assemblée nationale. A l’issue de l’audience, le chef du département Afrique de l’Agence de développement de la Suède, Hans Magnusson, qui a conduit la délégation s’est confié à la presse. «Nous sommes une délégation de la coopération suédoise à Stockolm et de l’ambassade de Suède au Burkina Faso et nous avons été reçus par le président de l’Assemblée nationale. Nos échanges ont porté sur la participation de la femme en politique, en particulier la place et le rôle de la femme au sein du Parlement», a-t-il dit. Pour le coopérant suédois, il s’agit d’une question importante pour le gouvernement de son pays qui accompagne l’Assemblée nationale dans la mise en œuvre des actions visant à améliorer la participation de la femme au débat démocratique. De son avis, le chef du Parlement s’est montré «attentif» sur le sujet, avant de rassurer la délégation sur la disponibilité de son institution à travailler en synergie en faveur de la femme politique. La 5e vice-présidente de l’Assemblée nationale, la députée Elise Thiombiano à la tête du groupe des femmes députées a eu une séance de travail avec les missionnaires. «Nous avons discuté avec la mission suédoise venue s’imprégner des difficultés auxquelles font face les femmes députées au sein du Parlement et surtout partager l’expérience de la Suède sur la question dans la perspective des élections de 2020», a-t-elle précisé. Ainsi, a fait savoir Elise Thiombiano, un exposé sur l’état des lieux de la situation de la femme parlementaire a été fait à la délégation. «Sur 127 députés on dénombre seulement 18 femmes, ce qui représente un taux de 14%, largement en-deçà des 30% recommandé par les textes. Nous avons exploré les voies d’une collaboration avec les partenaires suédois pour la formation des femmes et la sensibilisation des partis politiques à la nécessité d’impliquer davantage les femmes dans la sphère décisionnelle», a-t-elle conclu.

Beyon Romain NEBIE
nbeyonromain@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.