Formation continue et compétitivité des entreprises : le FAFPA sensibilise des entreprises des Hauts-Bassins

Le Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA) en partenariat avec le Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) a organisé, le mercredi 30 octobre 2019 à Bobo-Dioulasso, un atelier de sensibilisation des entreprises des Hauts-Bassins sur le financement des plans de formations, sous le thème «Formation continue et compétitivité des entreprises».

Outil «stratégique de développement» des entreprises, le Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA) entend contribuer aux objectifs de compétitivité et de productivité des entreprises.

Ainsi, le FAFPA offre aux entreprises, des possibilités d’investir dans la formation continue de leurs salariés par la subvention d’une grande partie du coût de formation. En vue de sensibiliser les responsables des entreprises au financement de leurs plans de formations, le FAFPA a organisé, le mercredi 30 octobre 2019 à Bobo-Dioulasso, un atelier, sous le thème «Formation continue et compétitivité des entreprises». Cet atelier est le fruit de la collaboration entre le FAFPA et le Conseil national du patronat burkinabè (CNPB). Il s’est agi au cours de cette rencontre, de communiquer sur les enjeux de la formation continue des salariés des entreprises, présenter les procédures de financement du FAFPA en matière de formation continue et recueillir les propositions d’amélioration des procédures en vue de faciliter l’accès des entreprises aux financements du FAFPA. A en croire le directeur général du FAFPA, Issiaka Kaboré, depuis la création du fonds, les plans de formations des entreprises ne parviennent pas, d’où la tenue de l’atelier. Selon lui, pour 2019, 500 millions F CFA ont été mis à la disposition du FAFPA pour financer exclusivement les plans de formation des entreprises.

L’Etat finance également d’autres formations, notamment les projets pour les ONG et associations dans le cadre de la création d’emplois, a-t-il poursuivi. Pour le vice-président du Conseil national du patronat burkinabè chargé de l’industrie, Abdoulaye Nabolé, la formation continue dans l’entreprise est «absolument indispensable» pour assurer la compétitivité de l’entreprise dans un monde aujourd’hui. Mais, de son point de vue, la compétitivité requiert un investissement.

Au Burkina Faso, le secteur privé joue sa partition en payant la Taxe patronale d’apprentissage (TPA), soit 3% de la masse salariale (plus de 8 milliards F CFA par an), foi d’Abdoulaye Nabolé. Pour le patronat, il convient qu’une partie «conséquente» de la TPA soit dédiée aux entreprises pour leur permettre de résister à la pression de la compétitivité internationale. Car, a-t-il affirmé, dans la sous-région, le Burkina Faso est pratiquement le seul pays à ne pas l’avoir encore fait. D’où le plaidoyer de M. Nabolé auprès du gouvernement afin de bénéficier de l’entièreté des sommes perçues au titre de la TPA au FAFPA. C’est le ministre en charge de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes qui a présidé la cérémonie d’ouverture de l’atelier. Il a été représenté à l’occasion par le haut-commissaire de la province du Houet, Lamine Soulama.
A l’entendre, beaucoup reste à faire afin que la formation continue puisse gagner une position stratégique dans l’organigramme de l’entreprise. En effet, d’après Lamine Soulama, la formation continue permettra à l’entreprise une certaine flexibilité et une capacité à garantir sa pérennité devant un univers économique devenant de plus en plus «chaotique».

Boudayinga J-M THIENON

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.