Le DG du FDCT, Alphonse Tougouma : «Les difficiles conditions d’accès aux financements dans les banques justifient tout l’espoir placé en ce fonds».

Le Fonds de développement culturel (FDCT) organise, les 7 et 8 novembre 2019 à Ouagadougou, une session de formation sur la gestion d’un projet au profit des promoteurs culturels et touristiques.

Le renforcement des capacités des acteurs culturels est l’une des missions du Fonds de développement culturel (FDCT). La structure initie, à cet effet, les 7 et 8 novembre 2019 à Ouagadougou, une session de formation au profit des promoteurs culturels et touristiques ayant bénéficié des subventions du FDCT. Pendant ces deux jours, les participants, selon le directeur général du FDCT, Alphonse Tougouma, échangeront sur les conditions et les modalités de mise en œuvre réussie de leur programme.

“Pour la circonstance, plusieurs modules telles la gestion des projets, la gestion financière et comptable seront, entre autres, abordés”, a-t-il ajouté. A l’entendre, la vision du FDCT est de faire des industries culturelle et touristique des pôles dynamiques de l’économie nationale, et qui contribuent à la réduction de la pauvreté des populations. «A ce titre, le fonds est conçu comme un levier indispensable pour accroître la contribution du secteur de la culture et du tourisme au PIB, devant passer de 6 % à 14% à l’horizon 2020, selon les objectifs du PNDES», a-t-il indiqué.

Il a souligné, en outre, que ces résultats seront atteints grâce au dynamisme, au dévouement et à l’abnégation de l’ensemble des acteurs de la culture et du tourisme. A son avis, cette formation intervient comme le couronnement d’un “long et périlleux processus”. C’est pourquoi, il a exhorté les uns et les autres à une utilisation efficiente des fonds alloués. «Les difficiles conditions d’accès aux financements dans les institutions financières classiques justifient tout l’espoir que nous plaçons dans le FDCT, mais nous sommes aussi conscients de la modestie de l’enveloppe financière qui ne peut satisfaire qu’un nombre limité de promoteurs», a relevé M. Tougouma.

Au total, une trentaine de projets, a-t-il fait savoir, a été reçue pour un financement global de 141 millions FCFA. Il a précisé que les bénéficiaires ont jusqu’à 18 mois pour exécuter leurs projets. En ce qui concerne les critères de sélections, a-t-il souligné, le projet doit être en phase avec la politique nationale de culture et du tourisme, avec des indicateurs clairement définis pour permettre le suivi-évaluation.

Valentin KABORE
(Collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.