Le président du Faso, Son Excellence Roch Marc Christian Kaboré, a adressé jeudi 7 novembre 2019, depuis Kosyam, un message fort de compassion et de solidarité au peuple burkinabè au lendemain de la tragédie causée par les terroristes sur l’axe routier menant de Ougarou à Boungou dans la Tapoa site aurifère exploitée par la société minière SEMAFO.

Les Burkinabè sont encore meurtris et prostrés par l’ampleur de l’hécatombe du 6 novembre 2019. La catastrophe a également causé de nombreux blessés et des personnes sont portées disparues.

Pour notre parti, le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), le mercredi meurtrier et sanglant du 6 novembre 2019 au Burkina Faso, sera marqué au fer rouge dans l’histoire du peuple burkinabè et de sa démocratie mise à mal par les ennemis de notre peuple.

Le coup est rude et profond. Dans le cadre de ses fonctions constitutionnelles, c’est un président du Faso dépité mais digne, combatif et déterminé qui s’est adressé à ses compatriotes choqués par la cruauté et la bestialité de l’opération terroriste.

C’est dans ce contexte délicat et douloureux, où le poids des larmes et de l’émotion domine celui des mots, que le président Roch Marc Christian Kaboré a assumé la pleine mesure de la charge présidentielle en décrétant un deuil national de 72 heures. Il a appelé les Burkinabè à la compassion, à l’union sacrée et au sursaut patriotique pour sauver la Nation, ses institutions républicaines, ses valeurs de cohésion et de vivre-ensemble.

Certes, les Burkinabè sont meurtris dans leur chair, touchés au plus profond d’eux-mêmes, cependant, ils doivent se rendre à l’évidence qu’il s’agit bel et bien d’une tentative d’occupation de notre territoire qui est en cours par la stratégie du terrorisme, de destruction de la cohésion sociale burkinabè, d’installation du doute et de la panique dans notre société, de déstabilisation de nos institutions républicaines.

Aujourd’hui, les agendas sont lisibles, et les schémas se révèlent. Après les attaques des villages, de lieux de culte, de regroupements des FDS, d’assassinats politiques, de sape des bases économiques de notre pays, il est désormais clair aux yeux de l’opinion nationale et internationale, que les ennemis du peuple burkinabè cherchent à mettre un coup d’arrêt à la démocratie burkinabè.

C’est le sens du combat, celui de la défense de l’Etat, de ses institutions et de la paix, auxquels nous convie le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, dans son adresse à la mobilisation générale aux Burkinabè du 7 novembre dernier.

Le MPP n’a aucun doute sur la capacité et la combativité de notre peuple, même surpris dans un premier temps par ce cynisme, à remporter la victoire.

Notre histoire ancienne et récente nous a préparé à faire face à l’adversité, qui, aujourd’hui, est plus que réelle. Les strophes de notre Hymne de la victoire, le Ditanyè, en certains de ses passages, en évoquant le passé de notre peuple, constituent une grande source d’inspiration au combat. Nous devons faire face à «la férule humiliante, la rapacité venue de loin, la cynique malice ». Rester sereins en se souvenant que, quand bien même il y a eu des servants locaux et que « beaucoup  flanchèrent, les échecs, les succès, la sueur et le sang ont fortifié notre peuple courageux et fertilisé sa lutte héroïque ». C’est aux Burkinabè du Ditanyè « nourris et instruits à la source vivifiante de la résistance, les engagés volontaires de la liberté et de la paix » que le président du Faso lance cet appel à la mobilisation générale pour sauver la Patrie du péril qui le guette.

Aujourd’hui, nous avons en face, non pas, un ennemi virtuel, mais réel : le terrorisme politique. Et l’une des terminologies de notre hymne national « La Patrie ou la mort, nous vaincrons ! » trouve tout son sens et toute sa plénitude, comme par prémonition, dans l’appel du président du Faso au recrutement de Volontaires de défense en soutien aux FDS déjà en première ligne contre la menace terroriste.

A ces Burkinabè qui sont encore dans la tergiversation, les faux-fuyants, la recherche de boucs émissaires, l’exploitation politicienne de la situation, à ceux qui actent pour déchirer l’habit qu’ils souhaitent porter un jour, qu’ils  se souviennent de cette phrase de l’ancien président burkinabè, le  Général Aboubacar Sangoulé Lamizana, ce grand sage, au plus fort des turbulences politiques en d’autres temps, qui disait ceci : « La Haute Volta a plus souffert de la pauvreté d’esprit de ses fils, que de pauvreté matérielle ».

Le MPP interpelle alors tous les patriotes burkinabè convaincus ayant le sens de l’Honneur, de la conscience politique élevée, à répondre sans réserve à l’appel du président du Faso pour la défense de la Patrie.

DEMOCRATIE     –     EGALITE     –     PROGRES

Le Porte-parole du parti

Dr. Bindi OUOBA

1 COMMENTAIRE

  1. Un rapport du Parlement britannique explique en détail comment la guerre de l’OTAN en Libye en 2011 était basée sur des mensonges.la Libye était le pays le plus riche d’Afrique, avec l’espérance de vie et le PIB par habitant les plus élevés. Hardeep Singh Puri, ancien représentant de l’Inde auprès de l’ONU dans son livre « Perilous Interventions », note qu’avant la guerre, la population de la Libye était moins pauvre que celle des Pays-Bas. Les Libyens ont accès à des soins de santé gratuits, à l’éducation, à l’électricité et à des prêts sans intérêt. Les femmes jouissaient de grandes libertés qui avaient été applaudies par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies en janvier 2011, à la veille de la guerre qui avait détruit le gouvernement.
    Les bombardements de l’OTAN ont plongé la Libye dans une catastrophe humanitaire, faisant des milliers de morts et des milliers de déplacés, transformant la Libye du pays africain au niveau de vie élevé en un État déchiré par la guerre.La destruction du gouvernement libyen par l’OTAN a également amené certaines de ses énormes réserves d’armes et de munitions à tomber « entre les mains des milices » et à « faire l’objet d’un trafic en Afrique du Nord et de l’Ouest et au Moyen-Orient », note la commission des affaires étrangères.Le rapport cite une étude d’un groupe d’experts de l’ONU qui a révélé les armes de l’ancien gouvernement libyen en Algérie, au Tchad, en Égypte, à Gaza, au Mali, au Niger, en Tunisie et en Syrie. Le panel de l’ONU a noté que « des armes en provenance de Libye ont considérablement renforcé la capacité militaire des groupes terroristes opérant en Algérie, en Egypte, au Mali au Niger et en Tunisie ».Une étude du Parlement britannique citée dans le rapport a également révélé que les armes libyennes se retrouvaient entre les mains de Boko Haram, le groupe extrémiste affilié à l’Etat islamique qui a perpétré des massacres de civils au Nigeria,au Cameroun et ailleurs en Afrique.Le rapport note également que les principales raisons pour lesquelles la France a poussé à une intervention militaire en Libye étaient « les ressources financières presque sans fond de Kadhafi », le projet du dirigeant libyen de créer une monnaie alternative au franc français en Afrique « , les plans à long terme de Kadhafi pour supplanter la France. puissance dominante en Afrique francophone « et la volonté » d’accroître l’influence française en Afrique du Nord « .
    « Le gouvernement de Kadhafi détient 143 tonnes d’or et une quantité similaire d’argent », écrit l’adjoint de Clinton, Sidney Blumenthal, citant « des sources permettant de consulter les conseillers de Saif al-Islam Kaddafi », le fils de Mouammar Kadhafi.
    Cet or « était destiné à créer une monnaie panafricaine basée sur le dinar doré libyen et une banque centrale africaine », a déclaré Blumenthal, citant des « individus bien informés ». « Ce plan a été conçu pour fournir aux pays africains francophones une alternative au franc CFA », a-t-il ajouté.
    On se demande aujourd hui,comment se comportent les forces speciales des USA,de la France,de L Allemagne stationnees dans les pays du sahel africain au Mali,au Niger,au Tchad,en cote d ivoire et ailleurs,avec leurs armements sophistiques,leurs avions de reconnaissance,leurs drones ultra modernes et extremement efficaces,leurs helicopteres mais ces forces speciales occidentales n arrivent pas a prevenir ces massacres de paysans africains et a aneantir quelques bandes de terroristes …c est vraiment bizarre..!!!! il est vraiment le temps aux africains de prendre eux meme leurs responsabilites et proteger leur population…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.