Y a-t-il un deal d’intrants à la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX) à Dédougou ? C’est la question que se pose Kantigui, après des informations reçues çà et là au sujet des camions bloqués dans la cour de l’entreprise dans la cité de Bankuy. En effet, ayant constaté des chargements de camions d’intrants pour des « destinations inconnues », les travailleurs de la SOFITEX/Dédougou qui soupçonnent un deal, ont voulu comprendre auprès du chef de région, ce mouvement inhabituel surtout à une période de non distribution d’intrants, a appris Kantigui. A l’interrogation des travailleurs, le chef de région aurait précisé avoir reçu l’injonction de la hiérarchie, d’autoriser ce chargement sans aucune autre explication. Face à ce flou, la décision aurait été prise de mettre fin aux chargements, en attendant de clarifier la situation, a confié une source. Kantigui espère que l’opinion sera située sur cette affaire d’intrants les tout- prochains jours.

Marché central de Bobo : des acteurs à couteaux tirés

Kantigui a appris que plus rien ne va entre les commerçants du marché central et celui des fruits et légumes de Bobo-Dioulasso et le président du Comité de gestion (CGM). Selon une correspondance adressée par les commerçants membres dudit comité à leur responsable et interceptée par Kantigui, ces derniers lui reprochent des «violations graves» et «récurrentes» des statuts de la Structure de gestion du marché (SGM). Au nombre des actes de violations, Kantigui a relevé dans le document, la nomination « illégale » d’un directeur de la SGM et le « non versement » de fonds collectés dans les comptes bancaires. De plus, la correspondance évoque des malversations financières sur ces fonds publics dont « une partie est dépensée pour corrompre certains acteurs et récompenser des complices ». Concernant la nomination du directeur de la SGM, « en plus d’être illégale, ce monsieur, ex-chef de service administratif et financier a été déjà reconnu coupable de malversations portant sur plus de 11 millions F CFA au sein de la structure», a pu lire Kantigui. Le même document indique que les commerçants très révoltés exigent la convocation d’une rencontre du comité de gestion pour faire le point des recouvrements de la SGM et des propositions de remboursement des fonds « dilapidés ». Kantigui souhaite que les acteurs, qui sont à couteaux tirés, trouvent un terrain d’entente.

Sidwaya remporte un prix en planification familiale

Kantigui a appris avec joie qu’une de ses collègues de Sidwaya, en l’occurrence Afsétou Sawadogo a décroché le 1er prix en presse écrite du 5e concours d’excellence en production médiatique sur la planification familiale, organisé par le Population Council et l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou, avec son article intitulé : « Méthodes contraceptives : dans l’intimité des personnes handicapées ». Le concours, ouvert aux journalistes des neuf pays membres du Partenariat de Ouagadougou, a été lancé le 1er août 2019. Au total 70 productions ont fait l’objet d’évaluation en presse écrite, en radio et en blog et presse en ligne. Kantigui a également appris qu’au Burkina Faso, son confrère Noufou Kindo de Burkina24 est lauréat du 2e prix dans la catégorie Blog et presse en ligne. Les prix seront décernés au cours d’une cérémonie officielle, le 5 décembre 2019, en marge de la 8e réunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou à Cotonou au Bénin. L’objectif général du concours, rappelle Kantigui, est de stimuler la production journalistique pour accompagner la dynamique mise en marche en informant le public sur les bénéfices de la PF et en responsabilisant les décideurs politiques et les responsables de programmes pour une prise de décisions adéquates.

Djibo : Le litre d’essence à 2 000 F CFA

Depuis un certain temps, les radars de Kantigui sont constamment orientés vers Djibo, chef-lieu de la province du Soum. Et les nouvelles recueillies ne sont pas bonnes. En effet, plusieurs sources ont rapporté à Kantigui que depuis le 4 novembre 2019, il y a une pénurie de carburant dans cette cité. Une de ses sources explique que cette situation est la conséquence de l’assassinat d’un chauffeur de camion-citerne et de son apprenti par des individus armés non identifiés sur l’axe Koungoussi-Djibo.
Par ailleurs, elle précise à Kantigui que le camion-citerne a été emporté mais retrouvé quelques jours plus tard vide. Depuis lors, déplore un témoin, aucun camion-citerne n’ose emprunter cette route, entraînant ainsi une pénurie de carburant sans précédent à Djibo.
Il est en outre revenu à Kantigui qu’un revendeur s’est rendu à Mamssyguiya à une trentaine de kilomètres de Djibo pour se procurer le liquide précieux. Cependant, affirme la source de Kantigui, à peine arrivé, son stock a été vidé quand bien même le litre du super 91 était cédé à 2 000 F CFA contrairement au prix normal de 683 F instauré par le ministère en charge du commerce. «Les populations n’ont plus la moindre goutte de carburant pour effectuer les courses encore moins vaquer à d’autres occupations. Et pire, les évacuations sanitaires deviennent de plus en plus compliquées », déplore un habitant de Djibo. Kantigui interpelle donc les plus hautes autorités du Burkina Faso afin qu’une solution soit rapidement trouvée à cette situation qui cause des désagréments aux populations de Djibo.

La 6e édition des «Pingre Kuni» reportée au 29 novembre 2019

Il est tombé dans l’oreille de Kantigui que la 6e édition des « Pingre Kuni », les trophées de la paix au Burkina Faso , initialement prévue pour le vendredi 15 novembre, a été reportée au 29 novembre 2019.
De sources proches du comité d’organisation, présidé par l’artiste-musicien Bamos Théo, ce report était nécessaire « pour honorer la mémoire des miniers assassinés et respecter le deuil de leurs familles ». Créés en 2014, les « Pingre Kuni » célèbrent les hommes et les femmes qui promeuvent la paix par leurs actions. Cette année, l’événement, dédié aux Forces de défense et de sécurité (FDS), se tiendra sous le thème : «Cohésion sociale, unité nationale et dialogue interreligieux».

Kantigui
kantigui2000@gmail.com
(00226) 25 31 22 89

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.