L’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP) a organisé, le vendredi 8 novembre 2019 à Ouagadougou, un atelier d’identification des besoins en informations scientifiques des acteurs pour l’élaboration des politiques publiques.

La facilitation de l’accès aux connaissances et des informations scientifiques des acteurs publics est l’une des préoccupations majeures de l’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP). Ainsi, en prélude à l’élaboration d’un répertoire de documents scientifiques portant sur les politiques publiques, il a organisé, le vendredi 8 novembre 2019 à Ouagadougou, un atelier afin d’identifier les besoins en informations des acteurs. La rencontre, selon le directeur de l’ISSP, Abdramane Soura, regroupe des cadres des Directions générales des études et des statistiques sectorielles (DGESS) de l’administration publique ainsi que des membres des réseaux des parlementaires sur les questions de population et de développement. «Il s’agit d’identifier les besoins en informations scientifiques des acteurs publics et de définir les formats de présentation des différents documents à élaborer pour répondre à leurs besoins», a confié M. Soura. Il a aussi ajouté que l’objectif de l’atelier est d’identifier les possibilités de synergies avec les structures concernées pour l’atteinte des objectifs. En effet, a expliqué M. Soura, la rencontre s’inscrit dans le cadre du projet : «Valorisation et diffusion des connaissances scientifiques pour un plus grand impact des politiques sociales au Burkina Faso». Ce projet qui est soutenu par l’Union européenne, a-t-il souligné, ambitionne contribuer à l’atteinte des résultats de l’axe 2 du PNDES par la mise à disposition de connaissances scientifiques aux acteurs et le renforcement de leurs capacités dans le développement et la mise en œuvre des politiques sociales. A l’en croire, à termes, les résultats de ce projet donneront aux acteurs publics les compétences techniques nécessaires pour l’utilisation efficace des données probantes en vue de la conception et la mise en œuvre d’œuvres sociales. A la présente rencontre, sa coordonnatrice, Bilampoa Gnoumou, a confié qu’à partir des travaux de groupes et en plénière les participants vont examiner les différentes contributions en termes de besoins en informations scientifiques. Par la suite, ceux-ci seront mis à la disposition des cadres de l’administration publics et des parlementaires pour soutenir l’élaboration, le suivi et l’évaluation des politiques sociales au Burkina.

Soumaïla BONKOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.