Lutte contre le SIDA : une semaine dédiée aux malades

Le Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le SIDA et les Infections sexuellement transmissibles (SP/CNLS-IST) organise, du 27 au 29 novembre 2019 à Ouagadougou, la 3e édition de la semaine de solidarité au profit des Personnes vivant avec le VIH (PVVIH), les Orphelins et autres enfants vulnérables (OEV).

La 3e édition de la semaine de solidarité au profit des Personnes vivant le VIH (PVVIH), les Orphelins et autres enfants vulnérables (OEV) se tient, du 27 au 29 novembre 2019 à Ouagadougou. Avec pour thème : «Innover avec les communautés pour l’atteinte des 90 90 90», cette semaine, selon le représentant du ministre en charge de la solidarité nationale, Moussa Sam, est une invite à plus d’efforts de la part des acteurs, en vue de mettre fin à la pandémie du SIDA à l’horizon 2030, comme le préconise l’ONUSIDA. Pour lui, elle est conforme aux orientations stratégiques de son département en matière de protection et de promotion des groupes vulnérables, en ce sens : «Que cette semaine va contribuer à réduire les inégalités sociales pour plus d’équité à travers la gestion néfaste de l’infection au VIH », a soutenu M. Sam.

Au regard du thème de cette 3e édition, trois panels seront ‘’décortiqués’’ : ‘’VIH en situation de crise humanitaire : quelles stratégies pour éviter le rebond de l’épidémie’’, ‘’ La prise en charge du VIH pédiatrique : état des lieux, défis et perspectives’’ et enfin ‘’La lutte contre la stigmatisation et la discrimination envers les PVVIH : quelle contribution des acteurs communautaires pour l’atteinte des 90 90 90’’ ?. Le représentant du président du Faso, Seydou Zagré a, pour sa part, exprimé sa satisfaction sur les résultats déjà engrangés dans la lutte contre cette pandémie du SIDA au pays des Hommes intègres. Il a cependant signifié qu’au regard du contexte sécuritaire actuel, que tous les acteurs, les associations et les structures communautaires puissent redoubler de vigilance dans les sites d’accueil des déplacés internes, afin d’éviter la propagation de cette maladie.

110 mille orphelins affectés

Le Secrétaire permanent du Conseil national de lutte contre le SIDA et les Infections sexuellement transmissibles (SP/ CNLS-IST), Dr Smaïla Ouédraogo, a rappelé que le VIH existe et qu’il est important d’enseigner les plus jeunes qu’il n’y a pas de traitement définitif contre ce fléau et que de ce fait, ils doivent prendre leurs précautions pour éviter la recrudescence de cette maladie. Dr Ouédraogo a indiqué qu’au Burkina Faso, 96 mille personnes vivent de nos jours avec le VIH/SIDA, avec plus de neuf mille enfants et 110 mille enfants orphelins. Il a exhorté toute la population à un élan de solidarité envers ces personnes affectées. « Au début de la maladie sur 100 personnes, nous pouvions dénombrer sept infectées. Aujourd’hui sur 1000 personnes, il y en a sept. Ce sont des acquis énormes que nous devons à tous les acteurs et aux autorités politiques, qui ont voulu faire en sorte que l’accessibilité aux produits Antirétroviraux (ARV) et au traitement soient gratuits», a-t-il reconnu.

Afsétou SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.