Les consultations  entre la République fédérale d’Allemagne et le Burkina Faso  en vue d’identifier les axes prioritaires de coopération pour les deux prochaines années se sont achevées avec la signature  d’un aide-mémoire,  le  mercredi 27 novembre 2019 à Ouagadougou.

La première phase de la planification de la coopération entre  l’Allemagne et le Burkina Faso  pour les deux années à venir a été  sanctionnée par la signature d’un aide- mémoire de coopération, dans la soirée  du mercredi 27 novembre 2019 à Ouagadougou. Le document a été paraphé par  le chef de la  division Sahel/Afrique de l’Ouest  du  ministère de la Coopération économique et du Développement  de l’Allemagne, Ronald Meyer, à la tête d’une mission venue de Berlin et le directeur général de la coopération du Burkina, Ambroise Kafando. L’aide-mémoire résume les points forts des échanges entre les parties.  Il  fait aussi l’économie des axes prioritaires  qui vont guider la coopération bilatérale prochainement, a expliqué Ambroise Kafando. Pour Ronald Meyer, en plus des pôles prioritaires de coopération à savoir  la décentralisation, l’agriculture , la sécurité alimentaire, le secteur de l’eau et assainissement, les droits des enfants et des femmes,  les consultations ont permis d’identifier de nouveaux défis. «Il y a encore des efforts à faire pour satisfaire  les besoins des communautés  notamment en leur offrant les services sociaux de base, afin qu’elles puissent faire  face à l’insécurité  et l’Allemagne est prête à soutenir le  Burkina dans ce sens », a-t-il déclaré.Le chef de la division Sahel/Afrique  de l’Ouest a  aussi expliqué  que l’expertise allemande dans le domaine de l’eau va être mise à contribution pour s’assurer que l’arrivée des populations déplacées sur  des sites sécurisés ne remette pas en cause l’accès à l’eau et l’assainissement dans ces zones d’accueil. Quant à la coopération dans le domaine de l’agriculture, un accent particulier sera accordé à la gestion durable de la terre  et de l’eau. «L’Allemagne œuvre beaucoup dans l’hydraulique et les petits barrages irrigués. C’est une expérience à capitaliser pour assurer la sécurité alimentaire  dans un environnement  marqué par le changement climatique», a-t-il souligné.

Une coopération  au beau fixe

Le  directeur de la coopération,  a félicité  les équipes  burkinabè et allemande pour la disponibilité et l’assiduité  dans le cadre de cet exercice.Il a annoncé que la prochaine étape est la phase de négociations intergouvernementales prévue en juin 2020 à Berlin. «Les négociations permettent d’asseoir le programme de coopération  avec une programmation des activités,  des projets en fonction des  secteurs, mais  également une programmation financière  avec une estimation des enveloppes  pour accompagner la planification des activités», a-t-il expliqué.

Le chef de la division Sahel/Afrique de l’Ouest du ministère de la Coopération économique de l’Allemagne a jugé la coopération bilatérale excellente. «Nous restons aux cotés du Burkina en ces temps difficiles marqués par l’insécurité dans certaines zones.  Nous sommes convaincus que la situation s’améliorera», a-t-il déclaré.

La coopération entre le pays des Hommes intègres et la République fédérale d’Allemagne remonte à 1961.

Depuis 1977, un mécanisme de concertations périodiques  qui alterne les réunions entre  les pays  a été institué. Les précédentes, tenues  le 11 juillet 2017 a Ouagadougou  ont permis de  conclure deux  arrangements de coopération technique et financière, selon la direction générale de la coopération. Cinq programmes de coopération avaient été retenus. En ce qui concerne la coopération financière, les parties avaient convenu  qu’un montant  de 56,5 millions d’euros  serait mobilisé  pour le financement de cinq projets.

 

 Nadège YE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.