Djibo a un nouveau maire

Il est parvenu à Kantigui qu’un mois après l’assassinat du député-maire de Djibo, Oumarou Dicko, par des hommes armés non identifiés, le conseil municipal de la localité a élu un nouveau bourgmestre, le lundi 2 décembre 2019. Au terme de l’élection, c’est Issa Idrissa Dicko, précédemment 1er adjoint au maire, qui a été porté à la tête du conseil municipal. Le conseiller, Hamadoun Tamboura, suppléant du défunt maire, a été élu 2e adjoint. Kantigui note que le nouveau maire est issu du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Kantigui souhaite bon vent à la nouvelle équipe dirigeante de la commune de Djibo, dans un contexte sécuritaire particulièrement difficile pour la région du Sahel.

RN4 : Trois jours de barricade pour une cérémonie
La semaine dernière, Kantigui a été outré par un évènement organisé par les services du ministère en charge de l’environnement. Pour cause, pendant trois jours, les usagers de la route nationale N°4 ont vécu un calvaire. En effet, en prélude à la cérémonie d’installation du nouveau directeur général des Eaux et forêts, le 28 novembre, cette route a été barricadée trois jours durant. Dès le 26 novembre, le passage y était interdit entre l’Ecole nationale de la santé animale et la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO). Tous ceux qui y arrivaient étaient contraints de se créer une déviation pour pouvoir continuer leur chemin. Par ailleurs, le podium installé à cet effet au beau milieu de la voie est resté jusqu’au lendemain de la cérémonie avant d’être démoli. Kantigui se demande qui a bien pu ordonner l’occupation d’une telle route nationale si empruntée. S’aurait été une rue de quartier qu’il ne se serait pas plaint, mais ici, il estime que c’était trop osé. Il peut manquer d’espace au sein de la direction mais il existe biens d’autres lieux plus indiqués pour les séances de répétions des agents des Eaux et forêts. Kantigui souhaite vivement que ce type de désagrément soit évité les prochaines fois.

Le CMA de Titao fermé
Kantigui a appris que le Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de Titao, province du Lorum, est fermé depuis le lundi 18 novembre 2019. La situation fait grincer des dents, quand on sait que cet hôpital est la seule formation sanitaire de référence dans la zone. Selon des indiscrétions parvenues à Kantigui, les agents de santé auraient déserté leurs postes à la suite de l’attaque qui a visé le commissariat de police de Titao, le 15 novembre 2019. Malgré le retour au calme, le CMA reste toujours fermé. Selon des confidents de Kantigui, il se murmure qu’en plus de l’insécurité, d’autres problèmes, notamment les retenues de salaires expliqueraient aussi cette situation. Kantigui, qui regrette cette fermeture aux conséquences désastreuses pour les populations, interpelle les plus hautes autorités pour une solution urgente.

Le maire de Logobou condamné à 18 mois avec sursis
Kantigui se rappelle que Sidwaya avait réalisé, en 2017, une enquête sur la gestion de la mairie de Logobou dans la Tapoa, région de l’Est, où plusieurs millions de francs CFA avaient disparu des caisses de la municipalité. Les soupçons pesaient principalement sur le maire, son comptable et le percepteur communal. Cet article de Sidwaya, un «torchon de diffamation» pour les uns, une «preuve de détournement» pour les autres, avait nourri les dissensions au sein du conseil municipal de Logobou. Finalement, le procureur du Faso, près le Tribunal de grande instance (TGI) de Diapaga, a engagé des poursuites contre le maire Kondioa Yonli, son deuxième adjoint, Hambila Combari et le comptable, Ounani Lompo. Les poursuites ont abouti à un procès, le 13 novembre 2019 pour conflit d’intérêt, détournement et surfacturation. Deux semaines plus tard, le tribunal a rendu son verdict qui reconnaît les trois accusés coupables de conflit d’intérêt et les condamne individuellement à 18 mois de prison avec sursis assortis d’une amende de deux millions F CFA. Kantigui se réjouit de cet épilogue qui peut servir la bonne gouvernance.

CDP : le congrès du rapportage des sanctions, ce samedi
Il est parvenu à Kantigui que le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) va tenir un congrès, le samedi 7 décembre 2019, pour «rapporter les sanctions» prononcées contre certains de ses militants, conformément aux directives de son président d’honneur, Blaise Compaoré. Kantigui se rappelle que le 22 septembre 2019, le parti avait organisé un congrès extraordinaire à l’issue duquel des sanctions avaient été prises à l’encontre de «certains camarades qui n’étaient pas en phase avec les textes du parti». Les délibérations dudit congrès, a-t-on expliqué à Kantigui, ont permis à la direction du parti d’avoir une valeur juridique applicable à tout militant, puisque le ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale a délivré le récépissé du congrès au président du parti. «C’est dire que la tenue de ce congrès était légitime», a ajouté la source de Kantigui.

Djibo : le litre d’essence de nouveau vendu entre 2 000 et 3 000 F
Dans sa parution du 13 novembre 2019, Kantigui faisant l’écho d’une pénurie de carburant dans la ville de Djibo, au point que le litre d’essence était vendu à 2 000 F CFA. Des mesures prises par les autorités nationales avaient permis de ravitailler la localité en proie à des attaques terroristes, en carburant. Alors qu’il pensait que cette pénurie était un mauvais souvenir, Kantigui a encore appris que la situation a empiré. «On n’est pas encore sorti de l’auberge. Le carburant qu’on nous avait amené est fini et la situation s’est même aggravée. Actuellement, on achète le litre d’essence entre 2000 et 3000 F», a confié une source locale à Kantigui dans l’après-midi du mardi 3 décembre 2019. Vu la situation, Kantigui plaide encore pour qu’une solution durable soit trouvée afin de soulager les populations.

Garango en fête
Présent à Tenkodogo dans le cadre des festivités du 11-Décembre 2019, Kantigui a constaté une certaine effervescence à Garango. En effet, les filles et fils de cette localité célèbrent, ce samedi 7 décembre 2019, le jubilé d’albâtre (75 ans) de l’école catholique. L’évènement est placé sous le haut patronage du président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé et la présidence de Mgr Prosper Kontiébo, évêque de Tenkodogo. Kantigui se rappelle que la Cité des arachides a été dotée d’une école primaire privée, par les missionnaires catholiques en octobre 1943. Cette célébration est placée sous le triptyque «Mémoire, souvenir et devoir» qui traduit l’engagement de l’ensemble des acteurs (clergé, population, anciens élèves). Kantigui salue cet élan de solidarité et souhaite plein succès à cette initiative.

Kantigui
kantigui2000@gmail.com
(00226) 25 31 22 89

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.