Enseignement supérieur: les infrastructures présentées aux partenaires

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation a organisé une cérémonie officielle de présentation des réalisations de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique et du Fonds de l’OPEP pour le développement international dans le domaine de l’enseignement supérieur au Burkina Faso.

L’appui technique et financier de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) et le Fonds de l’OPEP pour le développement international (OFID) a permis de doter les universités burkinabè en infrastructures. Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, a organisé une cérémonie officielle de présentation de ces réalisations, le lundi 2 décembre 2019 à Ouagadougou. Ce partenariat a permis de réaliser une Unité de formation et de recherche en Sciences et techniques (UFR/ST) et une cité universitaire, d’un coût global de 12 milliards F CFA, pour le compte de l’Université Ouaga II. L’UFR est, entre autres, constituée d’un bloc pédagogique comportant 12 salles de cours, 4 laboratoires, une salle de conférence de 300 places, 4 salles d’informatique et des bureaux pour les enseignants-chercheurs et d’un bloc administratif, construit en R+2. Quant à la cité universitaire, elle est constituée de deux pavillons d’hébergement d’une capacité totale d’environ 1 500 lits, d’un restaurant de 800 places, un foyer, un centre multi média, des parkings, etc. Le représentant des bénéficiaires, Pr Frédéric Ouattara, par ailleurs président de l’Université de Koudougou, s’est réjoui des réalisations qui viendront résoudre l’épineuse équation de la disponibilité des infrastructures d’enseignement et de recherche dans un contexte d’accroissement continuel des effectifs d’étudiants. Pour le ministre en charge de l’enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maïga, qui a réitéré ces remerciements à la BADEA et à l’OFID, ce projet contribuera à l’élargissement du portefeuille de formation académique de l’Université Ouaga II et à l’amélioration des conditions de vies des étudiants. «Ces infrastructures qui constituent un renfort considérable de celles déjà existantes, permettront pour cette année académique un démarrage effectif des cours sur le site de l’Université Ouaga II», a-t-il annoncé.
Aussi, il a affirmé que dans le cadre de ce partenariat, ils ont procédé au lancement des travaux de construction d’une UFR/ST et d’une cité universitaire à l’Université Norbert-Zongo de Koudougou, le 28 novembre 2019. «Le succès dans la mise en œuvre de ces projets me donne l’opportunité de solliciter encore auprès de nos partenaires privilégiés leur accompagnement habituel afin que le gouvernement puisse traduire à la réalité ses ambitions de doter toutes les universités du Burkina, des commodités nécessaires à l’épanouissement de l’étudiant dans son environnement», a plaidé le ministre. Pour sa part, le représentant des partenaires, Abdulhamid Alkalifa, par ailleurs directeur général de l’OFID, a assuré d’œuvrer pour le renforcement de cette collaboration. «Nous allons continuer de construire d’autres universités. Car, c’est très important pour nous de garder l’humain au centre du développement et cela passe par le développement des universités», a dit M. Alkalifa.

Kadi RABO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.