Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a remis le lundi 2 décembre 2019 à une délégation de l’Unité d’action syndicale, les propositions du gouvernement en matière d’application de l’Impôt unique sur les traitements et les salaires (IUTS).

A la suite du blocage du dialogue gouvernement-syndicats au sujet de l’annulation préalable de l’Impôt unique sur les traitements et les salaires (IUTS) en matière de primes et indemnités, l’Exécutif a fait des propositions d’application dudit impôt et un chronogramme pour la reprise des discussions en ce mois de décembre. Des documents contenant ces suggestions et faisant l’historique de l’IUTS ont été remis, le lundi 2 décembre 2019 à Ouagadougou, à une délégation de l’Unité d’action syndicale (UAS), reçue en audience, par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré. Celui-ci attend un retour de l’UAS afin de poursuivre le dialogue et contribuer au développement de la nation, a signifié le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, Stanislas Ouaro, à l’issue de l’audience. «Le gouvernement souhaite la reprise et la fin des discussions dans ce mois de décembre. Les dates seront précisées ultérieurement quand la partie syndicale nous reviendra», a ajouté le ministre Ouaro. «Nous allons analyser les documents et consulter la base pour avoir ses orientations. Si le contenu des propositions est conforme à ce que nous avons posé comme revendications, il n’y aura pas de soucis. Dans le cas contraire, nous dirons au gouvernement ce qui est faisable, ce qui nous convient et ce qui ne l’est pas», a confié pour sa part le porte-parole de l’UAS, Bassolma Bazié. Et d’ajouter que chaque fois qu’elle pose des revendications, son organisation fait des propositions pour montrer leur faisabilité.
Revenant sur le blocage du dialogue, le porte-parole a expliqué que l’annulation de l’IUTS sur les primes et indemnités des agents du privé et du parapublic a été un engagement pris par le régime de la Transition politique, donnant des lueurs d’espoir que c’est bel et bien faisable. La non-mise en œuvre a constitué le point d’achoppement, a martelé Bassolma Bazié. Il a poursuivi qu’après le rendez-vous manqué du 21 mai 2019, il y a eu le 5 juillet 2019, une rencontre au cours de laquelle, le Premier ministre a proposé la mise en place d’un comité bipartite pour analyser la question d’IUTS. Le comité a travaillé, les 16 et 17 juillet 2019 et les travaux ont été suspendus dans l’attente que la partie gouvernementale envoie des propositions à l’UAS. «Si, ce n’est pas celles que nous venons de recevoir, jusque-là, nous étions toujours dans l’attente», a déclaré le porte-parole, promettant que l’UAS ne va pas trahir le flambeau dressé par les devanciers depuis 1956.

Jean Philibert SOME

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.