Accès à l’électricité Désormais 3000 F CFA pour sortir du « noir »

La Société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL) a lancé, le samedi 7 décembre 2019 à Tenkodogo, la phase pilote du Projet de développement des connexions à l’électricité (PDCEL).

Désormais avec une avance de 3000 F CFA, le citoyen lambda peut bénéficier d’un branchement électrique. Cela est possible grâce au Projet de développement des connexions à l’électricité (PDCEL). La cérémonie de lancement de la phase pilote du projet a eu lieu, le samedi 7 décembre 2019 à Tenkodogo, sous la présidence du ministre de l’Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo. Cette première phase du projet est financée par la Société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL) sur des prêts à hauteur de 12 milliards F CFA. A en croire le directeur général de la SONABEL, Baba Ahmed Coulibaly, ce projet vise à mettre à la disposition des populations, une procédure « simplifiée » d’accès à l’électricité à travers un mécanisme souple de règlement du coût de connexion au réseau électrique. L’objectif, selon Baba Ahmed Coulibaly, est de connecter 50 mille nouveaux clients au réseau dans les villes de Tenkodogo, Kaya, Koudougou, Ouahigouya, Bobo-Dioulasso et Ouagadougou. Le branchement sera réalisé au profit des clients moyennant seulement une avance de 3000 F CFA sur environ 200 000 F CFA. Le reste du coût, a fait comprendre Baba Ahmed Coulibaly, sera progressivement retenu sur les factures mensuelles de l’abonné sur une période maximale de cinq ans. Une des innovations majeures introduites par le projet est la prise en compte des zones non loties. « Cette nouvelle approche permet de toucher un plus grand nombre de citoyens dans les grandes agglomérations urbaines et de corriger ainsi les disparités actuelles entre les zones urbaines et le milieu rural en matière d’accessibilité à l’énergie électrique », a-t-il soutenu.

Passer de moins 30% à 45% d’accès d’ici à 2020

A terme, le PDCEL vise à raccorder chaque année 250 000 nouveaux clients au réseau électrique, a indiqué M. Coulibaly. C’est pourquoi, a-t-il souligné, un plaidoyer est fait auprès de l’Etat et ses partenaires techniques et financiers afin de mobiliser des ressources en vue d’assurer le financement des autres phases du projet. A en croire le ministre de l’Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo, moins de 30% de la population a accès à l’énergie. Ainsi, de son avis, le projet va permettre à la majorité des populations d’avoir accès à l’électricité. L’ambition de son département est de passer de moins 30% à 45% d’ici à 2020. Pour M. Ouédraogo, l’accès à l’énergie n’est plus un luxe, mais un droit pour tous. L’accès universel à l’énergie doit être une réalité, car aujourd’hui tout se conjugue autour de l’énergie, foi de Bachir Ismaël Ouédraogo. Il a souligné que l’énergie est un facteur de développement. « Elle permet aux populations de commercer, de développer des initiatives », a-t-il soutenu. En effet, bon nombre de zones dans les localités électrifiées attendent toujours d’être connectées au réseau de la SONABEL. Et pour le ministre, son département s’emploie à étendre le réseau de distribution afin de rendre l’électricité accessible à l’ensemble des populations. Cependant, il a sollicité l’indulgence de la population face à tous manquements. Car, a-t-il dit, le projet n’est qu’à sa phase pilote.

Boudayinga J-M THIENON
boudayinga1940@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.