Projet de l’UNESCO pour le Sport : Le Burkina Faso entend réussir le pari

Le ministre Daouda Azoupiou a lancé un appel à tous pour la réussite de cette table-ronde.

Le ministre des Sports et des Loisirs, Daouda Azoupiou, a animé le dimanche 8 décembre 2019 dans l’enceinte de son département, une conférence de presse pour annoncer la tenue prochaine à Ouagadougou d’une table-ronde des partenaires du sport dans le cadre du projet de l’UNESCO pour valoriser le sport.

D’une valeur estimée à environ deux milliards 200 millions F CFA, le projet, «Promouvoir les valeurs du sport dans l’éducation, la santé et la gouvernance des fédérations sportives en Afrique» est élaboré par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et soutenu par l’ensemble des représentations des Nations unies. Il vise cinq objectifs à savoir : favoriser, promouvoir et soutenir la création d’un environnement propice à une éducation physique de qualité en Afrique ; soutenir la promotion des valeurs du sport au service de l’intégration régionale, la paix et la coexistence pacifique entre les peuples.

Il s’agit aussi, de favoriser et soutenir la promotion du leadership féminin comme gage d’une meilleure gouvernance du sport en Afrique et de renforcer l’institutionnalisation et la promotion de la lutte contre le dopage dans le sport. Et enfin, le projet vise à faciliter l’accès des personnes en situation de handicap au sport et aux activités sportives. C’est pour permettre une mise en œuvre effective de ces axes stratégiques du projet que le ministre des Sports et des Loisirs, Daouda Azoupiou, a convié la presse le dimanche 8 décembre 2019, pour annoncer la tenue, les 19 et 20 décembre prochain, de la table-ronde des partenaires au sport en vue de collecter les fonds nécessaires pour sa mise en œuvre.

Selon lui, six pays de la CEDEAO en l’occurrence, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Libéria et le Sénégal ont été désignés pour la phase pilote avec comme porte-flambeau, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. Et ce choix n’est pas fortuit à l’entendre. «A travers l’organisation du séminaire national pour le développement du sport au Burkina Faso en 2018, le pays était déjà vu comme un bon élève par rapport aux préoccupations exprimées dans la plan d’action de Kazan.

Quant à la Côte d’Ivoire, elle a un programme assez alléchant en matière de leadership au niveau du sport et c’est au regard de son dynamisme qu’elle a été choisie», a indiqué le ministre Azoupiou. Et de préciser que dans ce projet, il appartient à chaque pays de trouver ses partenaires financiers pour l’accompagner dans cet agenda 2020-2023. «Sur le plan national, nous avons ciblé des sociétés, des personnes acquises à la cause du sport, mais nous comptons sur l’engagement de tous pour relever ce défi», a confié Daouda Azoupiou.

Mais d’ores et déjà, sont annoncés à cette table-ronde, les représentations des différentes représentation des Nations unies basées au Burkina Faso et au niveau régional ; les représentants des Organisations internationales et régionales ; les missions diplomatiques accréditées au Burkina Faso… Pour réussir ce pari, un comité pluri ministériel a été installé et la cérémonie est placée sous le haut patronage du Président du Faso, qui aura probablement à ses côtés, le président malgache dont la présence reste à confirmer.

Donald Wendpouiré NIKIEMA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.