50e anniversaire de la mort de Nazi Boni

La famille de Nazi Boni a commémoré les cinquante ans de sa disparition, le samedi 14 décembre 2019, dans son village natale Bwan, situé à quelques kilomètres de Bondokuy. La commémoration a été placée sous le thème : «Nazi Boni, héros national : le défi de la pérennisation de ses œuvres».

Nazi Boni a été célébré, ce samedi décembre 2019, dans son village natal, Bwan, situé dans la commune rurale de Bondokuy, dans la région de la Boucle du Mouhoun. C’était à l’occasion de la commémoration des 50 ans de son décès célébrée sous le thème : « Nazi Boni, héros national : le défi de la pérennisation de ses œuvres ». L’évènement qui est l’initiative de la famille, a été placé sous le patronage du Président de l’Assemblée nationale (PAN) et le coparrainage des ministres en charge de l’enseignement supérieur, Al Kassoum Maïga, et de l’Urbanisme, Maurice Dieudonné Bonanet.
«C’était un homme révolutionnaire et intégré aux masses populaires. Il s’est battu pour l’indépendance, la démocratie et le développement de son pays», a laissé entendre le coparrain, Maurice Dieudonné Bonanet. Et de rassurer la famille que tout sera fait pour pérenniser les œuvres de Nazi Boni. « Nous prenons l’engagement que toutes les réalisations de l’homme serviront de boussole à la génération actuelle et future du Burkina Faso », a-t-il déclaré. Pour le parrain, Al Kassoum Maïga, Nazi Boni laisse une image d’un révolutionnaire, d’un digne fils du pays. Les populations de Bwan ont souhaité la construction d’un collège d’enseignement général, et face à ces doléances, le ministre Alkassoum Maïga a dit avoir pris bonne note. «Après les réalisations de Nazi Boni, vouloir un collège dans son village est de bonne guerre », a consenti le Pr Alkassoum Maïga. La représentante du Président de l’Assemblée nationale, Kiridia Zongo, quant à elle, a reconnu à Nazi Boni, le mérite d’un grand homme politique. Nazi Boni, en rappel, a été le premier Président de l’Assemblée territoriale voltaïque en 1957, actuelle Assemblée nationale et a auparavant, représenté la Haute-Volta à l’Assemblée nationale française de 1947 à 1957. Il est également l’auteur du «Crépuscule des temps anciens », considéré comme première œuvre littéraire majeure du pays des Hommes intègres. Les témoignages ont été nombreux sur la vie du « héros » de Bwan. Hélène Boni est la 8e des 10 enfants de Nazi Boni. « Papa était un homme attentionné et très ouvert. Je garde en mémoire sa bonté et sa douceur quand il s’occupait de nous», se souvient-elle. Elle a d’ailleurs dit être fière que des infrastructures portent le nom de son géniteur, en signe de reconnaissance. Parmi ces infrastructures, figure sans doute la deuxième plus grande université publique du pays, l’Université Nazi-Boni (ex Université polytechnique de Bobo-Dioulasso), des lycées et des avenues. Il est aussi reconnu à Nazi Boni, la création du tout premier collège privé du pays, le Collège de l’avenir, la vaccination contre la syphilis en pays bwaba.

Alpha Sékou BARRY
alphasekoubarry@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.