Coopération et développement : Le gouvernement et les partenaires accordent leurs violons

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré et les PTF ont échangé sur les priorités de développement au Burkina Faso, tels que le PUS, la protection des droits humains, les élections de 2020.

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a reçu en audience, la Troïka des Partenaires techniques et financiers (PTF) du Burkina Faso, le 17 décembre 2019, à Ouagadougou. Les priorités de développement étaient au centre des échanges.

Le gouvernement et l’ensemble de ses Partenaires techniques et financiers (PTF) veulent s’accorder sur les priorités de développement du moment, les adaptations et les instruments à déployer, compte tenu du changement de la situation dû au contexte sécuritaire. A cet effet, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a reçu en audience la Troïka des PTF, conduite par la coordonnatrice-résidente du Système des Nations unies, Mekhetha Metsi.

« Nous avons abordé dans un climat ouvert et franc, trois aspects qui sont importants pour la situation actuelle à savoir la mise en œuvre effective du Programme d’urgence pour le sahel (PUS) élargi aux zones impactées par l’insécurité ou dites fragiles, la vision globale du gouvernement quant à la gestion de la crise et mieux, quant à l’avenir autour de la prévention et la consolidation de la paix », a déclaré Mme Metsi au sortir de l’audience. Cette riposte à travers le PUS devra se faire avec une appropriation approfondie au niveau local, car rien ne peut se gagner sans un engagement des communautés, a-t-elle
précisé.

Etaient également au cœur de ce dialogue élargi entre l’exécutif burkinabè et ses partenaires au développement, des thématiques essentielles pour la gestion de la situation actuelle que sont la justice, l’approfondissement de l’état de droit, la protection des droits humains et les élections de 2020, a-t-elle fait savoir. Sur cette dernière question, les PTF ont voulu avoir une idée globale du budget final des consultations électorales de l’année prochaine.

Mais déjà, bien que les concertations se poursuivent, la Troîka a déjà mobilisé un peu plus de 10 milliards FCFA pour accompagner le processus électoral, a confié la coordonnatrice-résidente du Système des Nation unies au Burkina Faso.
En somme, les partenaires ont réaffirmé au chef du gouvernement leur engagement à accompagner le pays des Hommes intègres dans l’accomplissement de ses efforts de développement et d’approfondissement de son processus démocratique, a rassuré Mekhetha Metsi.

Mahamadi SEBOGO
windmad76@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.