Aménagement de voiries urbaines: le Japon fait don de plus de 168 millions FCFA

Le chargé d’affaires de l’ambassade du Japon au Burkina Faso, Masamichi Ito et la responsable de l’ONG Michi Bushin Bito, Morishige Yuko ont signé, le vendredi 20 décembre 2019 à Ouagadougou, un contrat de don de plus de 168 millions FCFA au profit d’infrastructures routières dans le pays des Hommes intègres.

Pour la deuxième fois, le Japon a décidé d’apporter son soutien à l’ONG Michi Bushin Bito qui œuvre dans l’aménagement de routes à forte intensité de main d’œuvre avec la méthode japonaise
« Donoh » ou « sacs remplis de terre » pour l’amélioration des conditions de vie des populations au pays des Hommes intègres. Cela s’est traduit par la signature d’un contrat de don d’une valeur de 168 millions 130 mille F CFA entre le chargé d’affaires de l’ambassade du Japon au Burkina Faso, Masamichi Ito et la responsable de l’ONG Michi Bushin Bito, Morishige Yuko, le vendredi 20 décembre 2019 à Ouagadougou. Cette somme servira au financement des activités de la première année du
« Projet d’aménagement de routes non revêtues à haute intensité de main-d’œuvre dans les communes urbaines par l’emploi de femmes et la stabilisation de leurs moyens de subsistance par l’inclusion financière et le micro-entrepreneuriat » prévu pour trois ans. Selon Madame Yuko, 13 communes urbaines seront sélectionnées pour expérimenter la mise en œuvre de 400 m de route avec la méthode Donoh. En outre, à ses dires, des agents du ministère des Infrastructures seront initiés à la technique. « Ce sont principalement des femmes qui seront employées dans ce projet. Celles-ci recevront plusieurs formations pour faciliter leur accès aux structures de micro-finance », a-t-elle expliqué. Le chargé d’affaires a ajouté que des femmes seront formées à Banfora et dans toutes les 45 provinces du pays au développement de plans d’affaires et de leurs activités. A l’écouter, le Japon soutient cette initiative car la construction de route est d’une importance capitale pour le développement du Burkina Faso. Le choix de la technique Donoh se justifie, à l’entendre, par les résultats probants obtenus dans 10 villages de la commune de Banfora. En effet, Morishige Yuko a relevé que de 2014 à 2018, son association à travers la mise en œuvre du « Projet d’aménagement de route avec les sacs remplis de terre Donoh pour dynamiser les organisations villageoises de façon durable (Projet Donoh) » financé par le Japon a permis l’aménagement de 8 km de piste, des remblais… dans le Houet et les Cascades. Elle a soutenu que Banfora a bénéficié de 2,8 km de voiries urbaines. Ces propos ont été corroborés par le maire de ladite ville, Aboubacar Hema.
« Notre ville est traversée par quatre rivières et cela pose un problème de mobilité. Nous avions des voies impraticables et difficilement aménageables avec les technologies qu’on a ici. Mais grâce à la méthode Donoh, nous avons eu de bonnes voies », a-t-il fait savoir. Aussi il a salué l’initiative de Michi Bushin Bito.

Eliane SOME
elianesome4@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.