Assemblée nationale : Le bureau renouvelé

Le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, a salué l’esprit de consensus qui a prévalu dans le renouvellement du bureau de l’AN.

L’Assemblée nationale a renouvelé les mandats des questeurs, vice-présidents, secrétaires parlementaires ainsi que les membres des commissions parlementaires lors de sa plénière du jeudi 19 décembre 2019.

Conformément à l’article 91 de la constitution et l’article 14 de son règlement intérieur, l’Assemblée nationale (AN) doit renouveler les membres de son bureau chaque année. La plénière du jeudi 19 décembre 2019 a donc été consacrée à cet exercice qui, prévu pour 10 h, a finalement débuté à 12h et s’est prolongé jusqu’au bout de la nuit. La raison principale de ce « marathon » étant l’option prise par le président de l’Assemblée nationale (PAN), Alassane Bala Sakandé de privilégier le consensus « comme il en a toujours été au cours de cette législature ».

La première élection, celle des 1er et 2e questeurs s’est déroulée sans anicroche. Boureima Barry avec 114 voix sur 121 votants et Issa Barry avec 107 ont été respectivement reconduits à ces postes. Dans l’après-midi, le vote des vice-présidents pour lequel le PAN a multiplié les concertations avec les présidents des groupes parlementaires et « certaines têtes », parce qu’il ne « souhaitait pas un scandale dans la salle ». A cette élection, Bénéwendé Stanislas Sankara du groupe Burkindlim a été reconduit au poste de premier vice-président avec 114 voix. Rose Marie Compaoré du groupe UPC a recueilli 102 voix pour le poste 2e vice-président.

Les députés Elise Ilboudo avec 112 voix, Abdoulaye Mossé, 105 et Julien Kouldiati, 106, ont respectivement été élus aux postes de 4e, 5e et 6e vice-présidents. L’élue du groupe parlementaire CDP, Maïmouna Ouédraogo, recueillant seulement 47 voix pour, a, pour sa part, échoué à se faire élire au poste de 3e vice-présidente. De nouvelles concertations avec les présidents des groupes parlementaires de l’opposition, à laquelle revenait le poste de 3e vice-président conformément aux accords au sein de l’hémicycle, s’en sont suivies pour pourvoir ce poste.

Une heure plus tard, le PAN informait la plénière qu’un accord a pu être obtenu selon lequel le CDP propose la candidature du député Issaka Congo au poste de 3e vice-président et Maïmouna Ouédraogo qui venait d’être recalée au poste de secrétaire parlementaire. Mais alors que le vote sur ce motus vivendi se profilait, la concernée a pris la parole pour demander à se retirer, proposant plutôt la députée Hadja Dèmè, dont le mandat venait à peine d’être validé en tant que suppléante du défunt député Oumarou Dicko, au poste de secrétaire parlementaire.

De quoi susciter l’étonnement et la consternation du PAN qui a sur-le-champ ordonné un huis clos pour régler la question. Quelques minutes après, la séance a été ouverte au public et les candidatures maintenues. Issa Congo a été élu au poste de 3e vice-président avec 103 voix et 10 autres députés, dont Maïmouna Ouédraogo ont été retenus comme secrétaires parlementaires. Les compositions des commissions parlementaires ont immédiatement été validées par acclamation conformément aux listes établies par les groupes parlementaires. Un peu avant 22h, le PAN s’est réjoui, que le consensus ait prévalu.

Fabé Mamadou OUATTARA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.