Statut des médias publics : Le SYNATIC annonce des sit-in et grèves

Les responsables du SYNATIC ont réaffirmé leur disponibilité au dialogue.

Le Syndicat national des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) a rencontré, le lundi 23 décembre 2019 à Ouagadougou, les journalistes pour exprimer son indignation face à l’attitude du gouvernement dans la résolution des problèmes des agents.

Le Syndicat national des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) compte entamer, dans les jours à venir, des actions de lutte pour amener le gouvernement à traiter la question du changement des statuts des médias publics avec plus de sérieux.

« Les journalistes se donneront les moyens de se faire respecter par une série d’actions multiformes : sit-in et grèves générales », a annoncé le secrétaire général adjoint, Aboubacar Sanfo, au cours d’une conférence de presse, le lundi 23 décembre 2019 à Ouagadougou. Pour lui, toutes les dispositions sont prises, mais en attendant, une rencontre prévue ce jour 24 décembre 2019 avec la délégation gouvernementale, déterminera la suite du combat.

« Nous sommes ouvert au dialogue pour une issue heureuse. A l’issue des échanges avec le gouvernement, on saura s’il faut aller en grève ou pas », a-t-il indiqué. Le syndicat a regretté l’attitude du gouvernement, qui en Conseil des ministres du 16 décembre dernier, a adopté des décrets portant statut dérogatoire pour les Editions Sidwaya et de la RTB. Il s’est dit « surpris » et « indigné » face à l’adoption de décrets à son insu, à un moment où les négociations ne sont pas achevées.

Il a vu en cela une « trahison »  et un « manque de considération », regrettant ce comportement du gouvernement à l’égard d’un partenaire qui a montré sa « bonne foi », en invitant les travailleurs à suspendre toute action de lutte. Le secrétaire général du SYNATIC, Siriki Dramé, a rappelé que les négociations ont débuté le 7 novembre dernier. « C’est la délégation gouvernementale qui a suspendu les travaux, le 8 novembre pour permettre une harmonisation des positions en vue d’une reprise le 22 novembre pour conclure un accord. Plus d’un mois après, nous n’avons plus été contactés », a-t-il déploré.

Sur le contenu des décrets déjà adoptés, il ne saurait donner de précision. « Nous ne savions pas ce que contiennent ces décrets. Il n’y a pas eu de protocole d’accord entre les deux parties, comme nous le fait savoir le compte rendu du Conseil des ministres », a-t-il indiqué. Pour lui, le syndicat tient pour « responsable », le gouvernement de toute dégradation du climat social dans les médias publics. « Au début des négociations, nous avons été clairs. Aucune décision ne doit être prise sans consensus. Que signifie donc cette manœuvre du gouvernement ? », s’est-il interrogé.

Le SYNATIC a dit compter sur la mobilisation des journalistes pour l’aboutissement de sa lutte. « Nous avons des personnes engagées. Quand nous allons lancer le mot d’ordre, ceux qui ne veulent pas obéir, peuvent travailler. Chacun est libre de suivre ou non », a-t-il laissé entendre en réponse à une question posée sur les désagréments constatés lors du dernier mouvement des journalistes.

Adama SEDGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.