IUTS « Si vous gagnez plus, vous devez contribuer pour les plus faibles », Olivier Ouédraogo

La coalition des syndicats libres et indépendants a animé, le jeudi 26 décembre 2019 à Ouagadougou, une conférence de presse. Elle s’est prononcée sur l’IUTS, la rencontre gouvernement/syndicats, sa démarcation des analyses et prises de position d’un groupe de syndicats qui prétend parler au nom de l’Unité d’action syndicale (UAS).

«L’Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) est une justice sociale. Ceux qui gagnent plus doivent contribuer plus. Ils doivent aider les plus faibles ». C’est la déclaration faite par le porte-parole de la coalition des syndicats libres et indépendants, Olivier Guy Ouédraogo, au cours d’une conférence de presse, le jeudi 26 décembre 2019 à Ouagadougou. A son avis, l’IUTS ne touche que trois types d’indemnités à savoir, 100 mille F CFA pour le logement, 50 mille F CFA pour le transport et 60 mille pour la fonction, soit une imposition de primes à partir de 201 mille F CFA. « Avec nos propositions, pratiquement 90% des travailleurs de la fonction publique ne sont pas concernés par cette question de l’IUTS. Et ceux du privé qui ont des valeurs élevées, verront substantiellement une augmentation. Ils sont combien de personnes dans le privé qui ont 100 mille F CFA comme indemnité de logement ? », s’est-il interrogé. Il a ajouté qu’il y a certaines personnes, celles qui disent avoir des statuts particuliers, qui ont 1 million 105 mille F CFA comme indemnités par mois et d’autres 900 mille F CFA par trimestre au Burkina Faso. M. Ouédraogo a insisté que si le gouvernement pense que ce sera les plus faibles qui vont payer pour ‘’engraisser’’ les plus riches, sans aucune norme, la coalition va prendre ses dispositions. C’est la raison pour laquelle, la coalition a tenu à ce que cette rencontre avec le gouvernement/syndicats voie rapidement le jour. Pourquoi tant de divergences entre le public et le privé ? Les propositions ont-elles été acceptées par le gouvernement ? A ces questions, les conférenciers ont noté que ce sont des propositions qui ont été faites d’abord et elles ne sont pas des réclamations mais plutôt des revendications. Ils estiment que si elles sont appliquées, ce sera tous les travailleurs, qu’ils soient du privé ou du public qui vont bénéficier car à les entendre, depuis 2013, il n’y a jamais eu d’augmentation au niveau du privé. « L’IUTS doit être appliqué à tout citoyen burkinabè sans exception, y compris les hauts cadres de l’administration publique, conformément à l’article 17 de la constitution », ont-ils rappelé. Se prononçant sur la prise de position d’un groupe de syndicats qui prétend parler au nom de l’UAS, les conférenciers ont fait savoir que la coalition des syndicats libres et indépendants est une coalition responsable, qui prône les valeurs de solidarité, de justice sociale, de paix et de démocratie. Ils en veulent à leur camarade Bassolma Bazié, par ailleurs président de mois actuel, qui intervient au nom de l’Unité d’action syndicale (UAS), sans concertation, ni accord de ses pairs sur certaines questions. « Nous portons à la connaissance du peuple et des militants que la coalition n’est pas concernée par les prises de décisions unilatérales de M. Bassolma. Elle ne saurait par conséquent être responsable des engagements pris par ce dernier. Son mandat arrive d’ailleurs à terme à la fin de ce mois de décembre et il ne saurait engager à titre personnel toute l’UAS pour le futur », a averti le porte-parole de la coalition des syndicats libres et indépendants, Olivier Guy Ouédraogo.

Afsétou SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.