Budget de l’Etat, gestion 2020 L’UAS expose ses préoccupations au CFOP

L’Unité d’action syndicale (UAS) a rendu visite au Chef de file de l’opposition, le vendredi 27 décembre 2019 à Ouagadougou. Au menu des échanges, le budget gestion 2020, l’Impôt unique sur le traitement des salaires (IUTS)…

Le projet de loi budget de l’Etat, gestion 2020, fait déjà grincer des dents au sein des travailleurs notamment avec l’élargissement de l’Impôt unique sur le traitement des salaires (IUTS), la mise en œuvre de l’assurance maladie, etc. C’est pour montrer sa désapprobation face à ce qu’elle qualifie de « gestion opaque » et de manque de « sérieux » de la part des dirigeants, que l’Unité d’action syndicale (UAS) a entrepris des séries de rencontres pour donner sa position sur la question. Le vendredi 27 décembre 2019, elle a été reçue par le Chef de file de l’opposition (CFOP), Zéphirin Diabré. Pour le Secrétaire général (SG) de l’UAS, Bassolma Bazié, il s’agit pour son organisation d’interpeller les groupes parlementaires de l’opposition, mais aussi de la majorité, sur le vote des lois à eux soumis en l’occurrence, celle du Code du travail jugé ’’esclavagiste’’. «En réalité, cette loi limite les dommages et intérêts en cas de licenciements. Elle plafonne ces dommages et intérêts à 18 mois, renouvelle le contrat à durée déterminée à plusieurs reprises, clochardise le travailleur parce qu’il est placé comme un esclave. Ce que l’on reçoit en son nom ne lui revient pas… », a expliqué le SG Bazié. Il a ajouté que la ratification de la convention sur les rails est également une préoccupation et que les élus devraient ouvrir l’œil afin que le patrimoine national ne soit pas bradé. Avec le CFOP, il a aussi été question des libertés d’expression de presse, de la loi portant création des associations et de la convention 87-88… Et selon Bassolma Bazié, tous ces acquis ont été arrachés de haute lutte par leurs devanciers et il n’est pas question pour eux de faiblir. « Si nous ne pouvons pas faire mieux que nos devanciers, nous devons faire en sorte de sauvegarder leurs acquis », a précisé le SG de l’UAS. Parlant du projet de loi budget gestion 2020 soumis à l’Assemblée nationale, M. Bazié a dit avoir expliqué à Zéphirin Diabré qu’il vise à « asphyxier » les travailleurs et que dans la recherche des ressources pour le financement des projets, d’autres voies devraient être envisagées. Première du genre, cette rencontre a été une occasion pour M. Diabré de féliciter l’UAS et de l’encourager. « C’est un premier pas de franchi, une marque de considération vis-à-vis de l’opposition », a indiqué le CFOP.

Un point de vue partagé

Selon lui, il est du devoir de l’opposition de prêter une oreille attentive à toutes les questions qui touchent à la vie de la nation. « Quand on parle de la vie de la nation, cela ne concerne pas uniquement la vie des syndicalistes ou la vie des militants des organisations syndicales. C’est la vie de l’ensemble des Burkinabè et nous avons également des sympathisants de l’opposition parmi », a souligné M. Diabré. Il a soutenu que les préoccupations de l’UAS sont partagées par l’opposition et qu’il faut nécessairement ces genres de rencontre pour trouver les solutions aux problèmes des travailleurs. « Il n’y a pas de tabou en la matière et l’histoire de notre pays nous enseigne que dans les moments importants de la vie de notre nation, c’est une coopération entre le monde syndical et l’opposition qui ont permis de faire en sorte que des bonds en avant soient réalisés ou d’empêcher que des forfaitures ne soient commises », a rappelé le CFOP. Il a souhaité qu’au-delà de cette rencontre, il y ait une plus grande permanence dans les concertations, afin qu’ils puissent informer les uns et les autres sur les soucis rencontrés afin de mieux peaufiner leurs actions.

Donald Wendpouiré NIKIEMA
tousunis.do@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.