Nouvel an La sécurité et la paix, les vœux de tous

L’année 2019 s’est achevée dans un contexte sécuritaire difficile pour le Burkina Faso. Pour 2020, les personnalités politiques, coutumières, religieuses souhaitent voir un pays apaisé en vue d’amorcer son développement économique et social.

Général Moïse Miningou, CEMGA : « Je souhaite donner la sécurité à mon peuple »
« L’année 2019 a été particulièrement difficile pour les populations et pour nos forces de défense et de sécurité. Pour 2020, je souhaite que Dieu nous donne la paix, la sécurité, dans la santé. Que pour cette nouvelle année, notre population soit dans la sécurité totale pour se préoccuper du développement. Parce que notre pays a besoin de se développer, alors que sans sécurité, il n’y a pas de développement. En tant que chef d’état-major général des armées, je souhaite pouvoir avoir la capacité de donner cette sécurité à mon peuple. A mes hommes sur le terrain, je dis qu’il est vrai que la sécurité n’est pas l’affaire des militaires seulement. Je leur souhaite donc beaucoup de courage, de volonté et de détermination. Dans ce monde, aucune armée ne peut avoir tous les moyens dont elle a besoin pour travailler. Malgré le peu de moyens que nous avons, il faut que nous fassions le maximum et que nous puissions prendre conscience que nous nous sommes engagés dans l’armée aux dépens de notre vie».

Cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou : « Que ceux qui prennent les armes les déposent »
« Au nom de notre Eglise- Famille de Dieu de Ouagadougou, j’ai l’honneur d’adresser à tous et à toutes, chrétiens et non chrétiens, nos meilleurs vœux et l’assurance de notre prière fraternelle. L’année nouvelle 2020 fait suite à une année 2019 riche d’évènements heureux et douloureux. Le défi tragique de l’insécurité et des attaques terroristes a traumatisé nos populations, endeuillé nos familles, disloqué la cohésion sociale et compromis le développement socio-économique. De nombreux migrants et réfugiés, hommes et femmes, sont en quête de paix et sont sans abri. L’avenir de milliers d’enfants est compromis. La paix constitue le vœu le plus cher et le plus essentiel que nous formulons pour tous, vos familles, pour notre vivre-ensemble en tant que fils et filles du Burkina Faso. Nous souhaitons dans les cœurs, la paix avec les autres, la paix que nous devons tous construire : que ceux qui prennent les armes et explosifs les déposent et cessent de tuer leurs frères et sœurs innocents ».

Me Bénéwendé Stanislas Sankara, vice-président de l’Assemblée nationale : « conjuguer nos efforts face aux terroristes »
« 2019 a été une année triste et effroyable. Le Burkina a connu des attaques terroristes qui ont endeuillé de nombreuses familles dans les rangs des forces de défense et de sécurité et des civils. Des infrastructures ont été également prises pour cibles. Une espèce de psychose s’est même installée. Si on s’en tient sur le plan sécuritaire, on a l’impression d’oublier les efforts consentis pour que le pays connaisse un développement harmonieux. Pour l’année 2020, mon plus grand souhait est que les Burkinabè se retrouvent dans la concorde et la fraternité, qu’on conjugue nos efforts pour prendre le dessus sur nos ennemis, les terroristes. Ensemble, nous devons soutenir nos forces de défense et de sécurité et les autorités politiques qui se battent au quotidien pour qu’il fasse bon vivre dans notre pays. Je formule des vœux de paix du cœur, d’amour du prochain, de santé et de prospérité à l’endroit de tous ».

Larlé Naaba Tigré : « J’attends de chaque Burkinabè un engagement sans faille au travail »
« En cette nouvelle année, je présente mes vœux de santé, de sécurité, de paix à nos frères et sœurs du Burkina Faso et à l’ensemble des citoyens du monde. Comme le dit la tradition : « si votre tante change de mari, il faut changer de parenté à plaisanterie ». Cette année 2020 doit être pour chacun de nous, une année de pardon, d’espoir, de détermination dans le travail. Je souhaite que les jeunes et les femmes fassent une introspection profonde pour comprendre que les chantiers sont nombreux. J’attends de chaque Burkinabè, qu’il soit dans l’agriculture, le commerce, l’élevage, la culture maraîchère, l’administration publique ou privée, un engagement sans faille au travail. Pour que le pays rayonne, nous devons de façon individuelle et collective nous mettre à la tâche. De même que nos pères- fondateurs de la société ont travaillé dans la solidarité, le vivre- ensemble, pour une nation de paix, nous voulons être les héritiers de ces valeurs. Pour ma part, je promets de poursuivre ma mission de promotion des engrais bio (liquide et compost) afin de donner aux populations, des céréales biologiques capables de préserver la santé. Bonne et heureuse année 2020 ».

Casimir Séguéda, gouverneur du Centre-Nord : « Que 2020 soit une année de cohésion sociale»
« En cette année 2020, je voudrais présenter mes meilleurs vœux à l’ensemble de la population du Burkina Faso et plus particulièrement à celle de la région du Centre-Nord. L’année 2019 qui s’est achevée a été très difficile pour notre région avec des attaques terroristes à répétition, endeuillant notre vaillante population et semant la psychose et la désolation. Je voudrais saluer le courage des Forces de défense et de sécurité (FDS) et la capacité de résilience de l’ensemble de la population, présenter mes condoléances et compassions aux familles endeuillées et souhaiter un prompt rétablissement aux blessés. Je souhaite que l’année 2020 soit une année de paix, de solidarité, de réconciliation, d’amour et de cohésion sociale pour un vivre-ensemble harmonieux. Aussi, voudrais-je lancer un appel à une union sacrée des filles et fils de la région du Centre-Nord, afin qu’ensemble, la main dans la main, nous puissions combattre avec courage et détermination l’hydre terroriste».

Josiane Kabré, gouverneure du Centre-Sud : «Nous sortirons victorieux de cette lutte contre les forces du mal»
« Pour l’année 2019 qui s’est achevée, je rends grâce à Dieu le Tout-Puissant pour son amour immense. Beaucoup de nos compatriotes nous ont quittés au cours de cette année et je m’incline devant leur mémoire. Je demande à Dieu de consoler leurs familles et de prendre soin des veuves et des orphelins. Je voudrais rendre aussi un hommage mérité aux forces de défense et de sécurité pour leur engagement, leur bravoure et leur sacrifice au quotidien pour préserver la paix et l’intégrité territoriale de notre cher pays. Avec leur détermination et la contribution de chacun de nous, je reste convaincue que nous sortirons victorieux de cette lutte contre les forces du mal.
Aux populations du Centre-Sud, je souhaite à toutes et à tous une bonne et heureuse année 2020, faite de paix et de sécurité pour notre chère région et pour tout le Burkina Faso».

Colonel-major Salfo Kaboré, gouverneur du Sahel : «Que nous arrêtions de faire pleurer nos femmes et nos enfants»
« Fils et filles du Sahel, la résilience, le reflexe sécuritaire, la tolérance et le dialogue doivent désormais nous guider. A ceux d’entre nous égarés qui se croient assez puissants aujourd’hui pour écraser les autres parce que des esprits maléfiques leur ont mis des kalachnikovs entre les mains, sachez que nul n’est jamais assez fort pour être toujours le plus fort. Vous êtes aujourd’hui les bourreaux, demain vous pourrez être les victimes. Pour mes frères et sœurs de la région du Sahel, je voudrais souhaiter pour 2020 que nous nous parlions, que nous arrêtions de faire pleurer nos femmes et nos enfants, de faire soupirer les vieillards et de pousser les hommes à fuir leurs foyers. Je souhaiterais qu’en 2020, ceux qui ont fui leurs foyers puissent les retrouver, que nos femmes et nos enfants puissent bénéficier de soins de santé dans les structures et avec un personnel de service de santé sécurisé, que nos enfants puissent retourner à l’école. Je souhaite beaucoup de résilience ainsi que beaucoup de soutien à nos forces de défense et de sécurité ».
Colonel Saïdou Toussaint Prosper Sanou, gouverneur de la région de l’Est : « Que 2020 soit l’année de la résilience et de la résistance locale »
« L’année 2019 qui s’achève a été des plus éprouvantes pour chacun de nous. De nombreuses familles ont été endeuillées par le fait des attaques terroristes. Plusieurs ménages ont été contraints de quitter leurs domiciles, leurs villages, leurs terres d’attachement pour se retrouver contre leur gré dans d’autres localités. Je souhaite que l’année 2020 soit celle de la résilience et de la résistance locale face à l’ennemi. Nous devons donc nous armer de courage contre cette adversité en allant nous abreuver quotidiennement à la source de la bravoure légendaire de nos aïeux. De même, il est impérieux de raviver la flamme de la solidarité pour venir en aide à tous nos concitoyens qui sont dans la détresse. J’en appelle à toutes les forces politiques et sociales pour la consolidation de notre cohésion sociale en vue de permettre à cette année électorale 2020 de tenir toutes ses promesses ».

Nana Fatoumata Benon/Yatassaye, gouverneure du Plateau central : « 2020 sera une année de prospérité »
« Au moment où notre pays, le Burkina Faso, est confronté au fléau des groupes armés terroristes, il est impératif d’être vigilant et de signaler les situations suspectes afin d’épargner des vies. A l’aube du nouvel an, je fais appel à la perspicacité de chacun de vous afin de vous souvenir que la cohésion sociale et le vivre- ensemble sont le socle de la construction d’une paix durable. En aucun moment, nous ne devons perdre de vue la communauté de bien. Souvenons-nous que ce qui nous lie est plus fort que ce qui nous divise. Je vous invite, par vos actes et par vos gestes, à toujours demeurer dans la dynamique de la consolidation du dialogue et de la paix. C’est le lieu pour moi de renouveler ma compassion et ma solidarité à ceux qui sont éprouvés dans l’épreuve du deuil, de la maladie ou de la privation. Je vous invite à avoir une solidarité agissante pour les personnes déplacées internes et à privilégier l’intérêt général à chaque instant».

Antoine Ouédraogo, gouverneur du Centre-Est : « 2020 consacrera la réalisation de nos ambitions de progrès »
«Au seuil du nouvel an, je réitère mon attachement au dialogue et à la concertation pour un mieux- vivre ensemble. Je forme des vœux profonds pour le renforcement de la concorde, de la tolérance et de la compréhension mutuelle. L’année 2020 consacrera la réalisation de nos ambitions de progrès, par la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES). Les luttes menées par les femmes pour plus de participation aux sphères de décision et d’autonomie dans le domaine économique nous interpellent également à agir avec elles pour leur plein épanouissement. J’invite les populations à développer une franche et permanente collaboration avec les forces de défense et de sécurité pour leur permettre de lutter efficacement contre le terrorisme qui endeuille les populations. Je vous réitère à toutes et à tous, mes vœux de santé et de succès pour l’année 2020 ».

Eric Bougouma, ministre des Infrastructures : « Que l’appel du président du Faso à la mobilisation produise ses effets »
« Je souhaite aux Burkinabè, une meilleure année 2020. Une année de santé, de paix pour chacun et l’ensemble du pays. Nous sentons bien que les Burkinabè, où qu’ils se trouvent, sont de plus en plus conscients de leur responsabilité et de leur rôle dans la recherche de la paix. Je souhaite donc que l’appel que le président du Faso a lancé le 7 novembre 2019, à la mobilisation, à la résilience, déjà entendu dans les quatre coins du pays, produise ses effets pour que tous ensemble, nous puissions réunir les conditions de cette paix. Je souhaite donc à l’ensemble du pays la paix, la sécurité et bien entendu, la prospérité pour chacun ».

Inoussa Ouédraogo, président de l’Union nationale des producteurs semenciers : « Nous souhaitons la paix pour le Burkina »
« L’année 2019 a été une année charnière pour les producteurs semenciers, car ayant connu la mise en conformité de notre organisation avec le droit OHADA, avec à la clé, le renouvellement des instances. Il y a aussi, entre autres, la formation de nos membres en techniques de production de semences de base en collaboration avec les ministres de l’Agriculture et de la Recherche scientifique et l’organisation réussie de la première foire des semences. Pour l’année 2020 qui commence, nous présentons nos vœux de santé, de longévité, de paix et de prospérité à tous les producteurs et au peuple burkinabè. Nous allons encore doubler d’effort pour mieux positionner l’UNPS-B sur le plan national et dans la sous-région. Pour le reste, nous souhaitons la paix pour le Burkina, qui traverse une situation sécuritaire difficile. Sans la paix et la sécurité, aucun développement n’est possible ».

Dez Altino, artiste-musicien : « Je souhaite la paix et la stabilité »
« En cette nouvelle année 2020, je souhaite la paix et la stabilité à mon pays, le Burkina Faso. Aux Burkinabè, particulièrement à mes fans, je vous adresse mes vœux de santé, d’amour, de prospérité et de bonheur. Bonne et heureuse année 2020 à tous. Wend ya wende ! ».

14-Tanya, artiste-musicienne : « Que vous soyez épargnés des difficultés !»
« Que cette nouvelle année vous apporte la santé et la réussite que vous méritez. Que vous soyez épargnés des potentielles difficultés de cette année nouvelle, afin que règnent la paix, la stabilité politique au Burkina Faso, la solidarité, l’amour du prochain, la tolérance. Que le bonheur soit au rendez-vous. En un mot, je vous souhaite une très bonne année
2020 !».

Antonio Guterres, SG de l’ONU : « Il existe des raisons d’espérer »
« Je me joins à vous depuis l’Organisation des Nations unies pour célébrer cette nouvelle année 2020. Elle s’ouvre sur fond d’incertitudes et d’insécurité. Les inégalités persistent, la haine se propage. Les conflits prolifèrent, la planète se réchauffe. Le changement climatique n’est pas seulement un problème de long terme, mais un danger évident et immédiat. Nous ne pouvons pas être la génération qui se tournait les pouces pendant que la planète brûlait. Mais il existe aussi des raisons d’espérer. Cette année, mes vœux pour la nouvelle année s’adressent à notre plus grande source d’espoir : les jeunes du monde entier. Climat, égalité des sexes, justice sociale, droits humains : votre génération est en première ligne et en première page. Votre ferveur et votre détermination sont pour moi une source d’inspiration. Vous réclamez un rôle qui vous revient de droit dans la construction de notre avenir. Je suis à vos côtés. L’ONU est à vos côtés – et l’ONU est à vous.   En 2020, l’Organisation fêtera ses 75 ans. Nous lançons la Décennie d’action en faveur des Objectifs de développement durable, notre plan de marche vers une mondialisation équitable. Cette année, le monde a besoin que les jeunes continuent à se faire entendre. Continuez de voir grand. Continuez de repousser les limites. Et ne lâchez rien. Je vous souhaite une année 2020 faite de paix et de bonheur ».

Armand Béouindé, maire de Ouagadougou : « Nous demeurons engagés à prendre en considération vos attentes »
« Population de Ouagadougou, l’année 2019 a été particulièrement difficile pour notre pays, car les ennemis de notre modèle social et de nos valeurs ont continué leur œuvre macabre de destruction en causant la mort de nombreux Burkinabè, civils et militaires pour lesquels j’ai une pieuse pensée. Je salue le courage de nos forces de défense et de sécurité qui sont en permanence mobilisées pour défendre notre liberté et assurer notre sécurité. Malgré le contexte sécuritaire dificile, le conseil municipal s’est attelé à la mise en œuvre de son programme de mandat. De nombreux acquis ont été engrangés. De nombreux projets s’annoncent pour l’année à venir et nous devons chacune et chacun nous impliquer, car il s’agit d’une œuvre collective. Depuis que j’ai la lourde charge et le grand honneur de conduire la gestion de notre commune avec le précieux concours de l’exécutif municipal et du Conseil municipal, vous avez manifesté votre confiance envers nous et aussi exprimé vos attentes. Nous vous en sommes reconnaissants et nous demeurons engagés à prendre en considération vos attentes de faire rayonner sur notre continent et dans le reste du monde, notre cité, Ouagadougou. A l’orée de cette nouvelle année, je vous invite à poursuivre avec l’équipe municipale, l’œuvre de construction de notre capitale afin de faire d’elle une ville propre, plus sécurisée et plus hospitalière. Bonne et heureuse année 2020 ! ».

« Je souhaite donner la sécurité à mon peuple », le CEMGA, le général Moïse Miningou
« L’année 2019 a été particulièrement difficile pour les populations et pour nos forces de défense et de sécurité. Pour 2020, je souhaite que Dieu nous donne la paix, la sécurité, dans la santé. Que pour cette nouvelle année, notre population soit dans la sécurité totale pour se préoccuper du développement. Parce que notre pays a besoin de se développer, alors que sans sécurité, il n’y a pas de développement. En tant que chef d’état-major général des armées, je souhaite pouvoir avoir la capacité de donner cette sécurité à mon peuple. A mes hommes sur le terrain, je dis qu’il est vrai que la sécurité n’est pas l’affaire des militaires seulement. Je leur souhaite donc beaucoup de courage, de volonté et de détermination. Dans ce monde, aucune armée ne peut avoir tous les moyens dont elle a besoin pour travailler. Malgré le peu de moyens que nous avons, il faut que nous fassions le maximum et que nous puissions prendre conscience que nous nous sommes engagés dans l’armée aux dépens de notre vie pour garantir la sécurité et la quiétude à la population».

« Que ceux qui prennent les armes les déposent », l’Archevêque métropolitain de Ouagadougou, Philippe cardinal Ouédraogo,
« Au nom de notre Eglise-Famille de Dieu de Ouagadougou, j’ai l’honneur d’adresser à tous et à toutes, chrétiens et non chrétiens, nos meilleurs vœux et l’assurance de notre prière fraternelle. L’année nouvelle 2020 fait suite à une année 2019 riche d’évènements heureux et douloureux. Le défi tragique de l’insécurité et des attaques terroristes ont traumatisé nos populations, endeuillé nos familles, disloqué la cohésion sociale et compromis le développement socioéconomique. De nombreux migrants et refugiés, hommes et femmes, sont en quête de paix et sont sans abri. L’avenir de milliers d’enfants est compromis. La paix constitue le vœu le plus cher et le plus essentiel que nous formulons pour tous, vos familles, pour notre vivre-ensemble en tant que fils et filles du Burkina Faso. Nous souhaitons dans les cœurs, la paix avec les autres, la paix que nous devons tous construire : que ceux qui prennent les armes et explosifs les déposent et cessent de tuer leurs frères et sœurs innocents. Nous implorons le Seigneur pour les différentes victimes des violences terroristes, pour les familles éplorées et pour les populations déplacées. Que l’Etat et les Forces de défense et de sécurité poursuivent leurs efforts pour sécuriser notre Maison Commune et protéger nos populations désemparées. Et qu’une synergie d’actions, sans calculs d’intérêts existe entre partenaires locaux et internationaux et permette de relever le défi de la paix et de la sécurité. Puisse un sursaut national de tous les Burkinabè dans l’amitié, la solidarité et le dialogue franc et sincère, favoriser l’avènement d’une paix véritable et durable. Avec le Pape François, dans son Message du 1er Janvier 2020, nous réaffirmons et croyons que la « paix est possible ». C’est du reste l’un des messages forts de le Noël que nous avons fêté. … Notre vœu le plus cher à l’endroit de tous est que le Seigneur renforce l’esprit de famille, et fortifie notre vivre-ensemble dans la fraternité et l’amour mutuel. Avec confiance et espérance nous prions le Prince de la paix, pour une paix véritable et durable au Faso, dans la sous-région et dans le monde ».

Me Bénéwendé Stanislas Sankara : « conjuguer nos efforts face aux terroristes »
« 2019 a été une année triste et effroyable. Le Burkina a connu des attaques terroristes, qui ont endeuillé de nombreuses familles dans les rangs des Forces de défense et de sécurité et des civils. Des infrastructures ont été également prises pour cibles. Une espèce de psychose s’est même installée. Si on s’en tient sur le plan sécuritaire, on a l’impression d’oublier les efforts consentis pour que le pays connaisse un développement harmonieux. Pour l’année 2020, mon plus grand souhait est que les Burkinabè se retrouvent dans la concorde et la fraternité, qu’on conjugue nos efforts pour prendre le dessus sur nos ennemis, les terroristes. Ensemble, nous devons soutenir nos Forces de défense et de sécurité et les autorités politiques qui se battent au quotidien pour qu’il fasse bon vivre dans notre pays. Je formule des vœux de paix du cœur, d’amour du prochain, de santé et de prospérité à l’endroit de tous ».

« J’attends de chaque Burkinabè, un engagement sans faille au travail » Larlé Naaba Tigré
« En cette nouvelle année, je présente mes vœux de santé, de sécurité, de paix à nos frères et sœurs du Burkina Faso et à l’ensemble des citoyens du monde. Comme le dit la tradition : « si votre tante change de mari, il faut changer de parenté à plaisanterie ». Cette année 2020 doit être pour chacun de nous, une année de pardon, d’espoir, de détermination dans le travail. Je souhaite que les jeunes et les femmes fassent une introspection profonde pour comprendre que les chantiers sont nombreux. J’attends de chaque Burkinabè, qu’il soit dans l’agriculture, le commerce, l’élevage, la maraîcher culture, l’administration publique ou privée, un engagement sans faille au travail. Pour que le pays rayonne, nous devons de façons individuelle et collective nous mettre à la tâche. De même que nos pères-fondateurs de la société ont travaillé dans la solidarité, le vivre- ensemble, pour une nation de paix, nous voulons être les héritiers de ces valeurs. Pour ma part, je promets de poursuivre ma mission de promotion des engrais bio, (liquide et composte) afin de donner aux populations, des céréales biologiques capables de préserver la santé. Je ferai en sorte que mes modestes connaissances soient partagées en neuf langues et consignées dans des livres. Je veillerai en ce que nos valeurs traditionnelles soient connues à travers des contes et des proverbes. J’apporterai ma contribution à l’édification d’un Burkina Faso libre et prospère. Force à nos militaires, gendarmes, policiers et aux paramilitaires afin qu’elles sortent victorieuses de la guerre asymétrique à eux imposée. Que Dieu et les mânes des ancêtres bénissent le Burkina Faso afin que nous puissions vaincre l’ennemi commun. Bonne et heureuse année 2020 ».

« Que 2020 soit une année de cohésion sociale », le gouverneur du Centre-Nord, Casimir Séguéda
« En cette année 2020, je voudrais présenter mes meilleurs vœux à l’ensemble de la population du Burkina Faso et plus particulièrement à celle de la région du Centre-Nord. L’année 2019 qui s’est achevée a été très difficile pour notre région avec des attaques terroristes à répétition, endeuillant notre vaillante population et semant la psychose et la désolation. Je voudrais saluer le courage des Forces de défense et de sécurité (FDS) et la capacité de résilience de l’ensemble de la population, présenter mes condoléances et compassions aux familles endeuillées et souhaiter un prompt rétablissement aux blessés. Je souhaite que l’année 2020 soit une année de paix, de solidarité, de réconciliation, d’amour et de cohésion sociale pour un vivre-ensemble harmonieux. Aussi, voudrai-je lancer un appel à une union sacrée des filles et fils de la région du Centre-Nord, afin qu’ensemble, la main dans la main, nous puissions combattre avec courage et détermination, l’hydre terroriste et contribuer avec enthousiasme au développement socioéconomique de notre région. Je voudrais rassurer l’ensemble des Burkinabè que Kaya, ‘’la cité du cuir et brochettes aux koura-koura’’ reste toujours une destination à ne pas manquer ».
« Nous sortirons victorieux de cette lutte contre les forces du mal », Josiane Kabré gouverneure du Centre-Sud
« Pour l’année 2019 qui s’est achevée, je rends grâce à Dieu le Tout-Puissant pour son amour immense. Beaucoup de nos compatriotes nous ont quittés au cours de cette année et je m’incline devant leur mémoire. Je demande à Dieu de consoler leurs familles et de prendre soin des veuves et des orphelins. Je voudrais rendre aussi un hommage mérité aux Forces de défense et de sécurité pour leur engagement, leur bravoure et leur sacrifice au quotidien pour préserver la paix et l’intégrité territoriale de notre cher pays. Avec leur détermination et la contribution de chacun de nous, je reste convaincue que nous sortirons victorieux de cette lutte contre les forces du mal.
Aux populations du Centre-Sud, je souhaite à toutes et à tous une bonne et heureuse année 2020, faite de paix et de sécurité pour notre chère région et pour tout le Burkina Faso».

«Que nous arrêtions de faire pleurer nos femmes et nos enfants», le gouverneur du Sahel, le colonel-major Salfo Kaboré
« Fils et filles du Sahel, la résilience, le reflexe sécuritaire, la tolérance et le dialogue doivent désormais nous guider. A ceux d’entre nous égarés qui se croient assez puissants aujourd’hui pour écraser les autres parce que des esprits maléfiques leur ont mis des kalachnikovs entre les mains, sachez que nul n’est jamais assez fort pour être toujours le plus fort. Vous êtes aujourd’hui les bourreaux, demain vous pourrez être les victimes.
Pour mes frères et sœurs de la région du Sahel, je voudrais souhaiter pour 2020 que nous nous parlions, que nous arrêtions de faire pleurer nos femmes et nos enfants, de faire soupirer les vieillards et de pousser les hommes à fuir leurs foyers. Je souhaiterais qu’en 2020, ceux qui ont fui leurs foyers puissent les retrouver, que nos femmes et nos enfants puissent bénéficier de soins de santé dans les structures et avec un personnel de service de santé sécurisé, que nos enfants puissent retourner à l’école. Je souhaite beaucoup de résilience ainsi que beaucoup de soutien à nos forces de défense et de sécurité pour nous permettre de vaincre la rapacité venue de loin pour nous asservir.»

« Que 2020 soit l’année de la résilience et de la résistance locale », le colonel Saïdou Toussaint Prosper Sanou, gouverneur de la région de l’Est
« L’année 2019 qui s’achève a été des plus éprouvantes pour chacun de nous. De nombreuses familles ont été endeuillées par le fait des attaques terroristes. Plusieurs ménages se sont vus contraints de quitter leurs domiciles, leurs villages, leurs terres d’attachement pour se retrouver contre leur gré dans d’autres localités.
Je souhaite que l’année 2020 soit celle de la résilience et de la résistance locales face à l’ennemi. Nous devons donc nous armer de courage contre cette adversité en allant nous abreuver quotidiennement à la source de la bravoure légendaire de nos aïeux. De même, il est impérieux de raviver la flamme de la solidarité pour venir en aide à tous nos concitoyens qui sont dans la détresse. J’en appelle à toutes les forces politiques et sociales pour la consolidation de notre cohésion sociale en vue de permettre à cette année électorale 2020 de tenir toutes ses promesses ».

9- « 2020 sera une année de prospérité », la gouverneure du Plateau central, Nana Fatoumata Benon/Yatassaye « Filles et fils du Plateau central,
Au moment où notre pays, le Burkina Faso est confronté au fléau des groupes armés terroristes, il est impératif d’être vigilant et de signaler les situations suspectes afin d’épargner des vies. A l’aube du nouvel an, je fais appel à la perspicacité de chacun de vous afin de vous souvenir que la cohésion sociale et le vivre ensemble sont le socle de la construction d’une paix durable. En aucun moment, nous ne devons perdre de vue la communauté de biens. Souvenons-nous que ce qui nous lie est plus fort que ce qui nous divise. Je vous invite, par vos actes et par vos gestes, à toujours demeurer dans la dynamique de la consolidation du dialogue et de la paix. C’est le lieu pour moi de renouveler ma compassion et ma solidarité à ceux qui sont éprouvés dans l’épreuve du deuil, de la maladie ou de la privation. Je vous invite à avoir une solidarité agissante pour les personnes déplacées internes et à privilégier l’intérêt général à chaque instant car au grand jamais, l’intérêt personnel ne doit s’ériger contre celui de la nation ».

« 2020 consacrera la réalisation de nos ambitions de progrès », le gouverneur du Centre-Est, Antoine Ouédraogo
«Au seuil du nouvel an, je réitère mon attachement au dialogue et à la concertation pour un mieux vivre- ensemble. Je forme des vœux profonds pour le renforcement de la concorde, de la tolérance et de la compréhension mutuelle. L’année 2020 consacrera la réalisation de nos ambitions de progrès, par la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES), cet important référentiel qui constitue un levier fondamental pour remporter le pari de l’émergence.
Les luttes menées par les femmes pour plus de participation aux sphères de décision et d’autonomie dans le domaine économique nous interpelle également à agir avec elles pour leur plein épanouissement», a ajouté le gouverneur Ouédraogo. J’invite les populations à développer une franche et permanente collaboration avec les Forces de défense et de sécurité pour leur permettre de lutter efficacement contre le terrorisme qui endeuille les populations.
Convaincu de votre détermination à vous engager avec enthousiasme sur les vastes chantiers d’édification d’une région confiante et solidaire, je vous réitère à toutes et à tous, mes vœux de santé et de succès pour l’année 2020. Bonne et heureuse année 2020 et une paix abondante pour le Burkina Faso ».

Propos recueillis par la Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.