Hommage à Sambo Antoine Komi : L’illustre disparu repose désormais au cimetière de Gounghin

Sambo Antoine Komi a notamment présidé les TPR sous la révolution.

Décédé le 26 décembre 2019 en France, Sambo Antoine Komi a été inhumé, le samedi 4 janvier 2020, au cimetière municipal de Gounghin à Ouagadougou.

Famille, proches, politiques, amis, représentants des zones de chasse, présidence du Faso ; ils sont nombreux à avoir fait le déplacement du cimetière de Gounghin à Ouagadougou, le samedi 4 janvier 2020, pour accompagner Sambo Antoine Komi à sa dernière demeure. Avant de procéder à l’enterrement, l’illustre disparu a été fait, à titre posthume, Grand-officier de l’Etalon.

Le représentant de la famille du défunt, Michel Komi, a présenté Sambo Antoine Komi comme un réconciliateur, un homme de justice. A l’en croire, le défunt a laissé deux messages avant de mourir : « le bitumage de la route reliant Ouahigouya à Dijbo en passant par Titao et l’union des filles et fils du Loroum pour la paix, le bonheur et le développement de la province », a-t-il fait savoir avant d’exhorter les autorités et les habitants de la province à accomplir les vœux du défunt. Il a ainsi remercié tous ceux qui sont venus rendre un dernier hommage à leur fils.

Pour le président par intérim du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), Simon Compaoré, le disparu fut un exemple d’homme intègre et incorruptible. « Dans nos longues années d’amitié et d’engagement commun, le camarade Komi a souvent, avec confiance, assumé des tâches difficiles », a poursuivi M.Compaoré. Il a aussi indiqué que les différents témoignages sur la générosité politique de Sambo Antoine Komi donnent chaud au cœur, avant de signifier que le défunt avait l’éloquence du cœur et le courage de la vérité.

Le président du Faso, dans le livre de condoléances, a souligné les valeurs d’intégrité dont a fait preuve Komi Sambo dans les missions qui lui ont été confiées.

Le président par intérim du MPP a indiqué que son parti pleure et essuie en même temps ses larmes, « car la présence de nombreuses personnes venues rendre hommage à notre illustre disparu témoigne du leader rare qu’il fut ». De même, le secrétaire général du MPP, Clément Sawadogo, le contrôleur général d’Etat (ASCE-LC), Luc Marius Ibriga, le directeur de cabinet de la présidence du Faso, Seydou Zagré, ont confié que le disparu était un travailleur infatigable et un militant engagé, entre autres.

Le vendredi 3 janvier 2020, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a rendu hommage à son conseiller spécial et compagnon politique. « C’est un ami, un frère. Dans toutes ses responsabilités, il a travaillé avec intégrité. Antoine Komi Sambo a été un repère pour la jeunesse dans des clubs de football. Il a travaillé à réunir autour de lui, les Burkinabè de sa génération », a déclaré le chef de l’Etat, après s’être incliné devant la dépouille.

Juriste de formation et magistrat de grade exceptionnel, Sambo Antoine Komi a occupé, entre autres, les fonctions de juge d’instruction au tribunal de grande instance de Ouagadougou en 1979, président du Tribunal populaire de la révolution (TPR), président de la Cour suprême en 1996, ministre de la Justice en 1989, député de 2007 à 2012 et conseiller spécial du président du Faso de 2015 jusqu’à sa retraite, le 31 décembre 2017.

Lassina BADOLO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.