La croix et la bannière pour 725 000 F CFA

La croix et la bannière pour 725 000 F CFA
Dans ses pérégrinations, Kantigui est tombé sur une affaire d’argent dans l’un des plus vieux quartiers de la ville de Ouagadougou. En effet, dans le cadre du Programme de formation aux métiers (PFM), le ministère de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de l’Emploi, à travers sa direction régionale du Sahel, avait organisé, du 29 décembre 2014 au 27 février 2015, une formation à l’aviculture traditionnelle améliorée à l’endroit de plus de 100 personnes regroupées sur trois sites dans le Sahel (Malbo, Digo et Katchari). Pour les différentes prestations, a-t-on signifié à Kantigui, un technicien avisé en la matière avait été contacté comme personne-ressource et une convention avait été signée entre les deux parties pour un montant de 1 725 000 F CFA. Après prestation, selon les renseignements de Kantigui, une somme de 1 000 000 F CFA avait été versée au prestataire par la direction régionale, accompagnée d’une reconnaissance de dette de 725 000 F CFA, dûment signée. Las d’attendre ce reliquat, le prestataire est allé aux nouvelles à la direction régionale concernée et on lui a fait savoir qu’il devra prendre attache avec le ministère de tutelle pour ce faire. Après presque cinq ans de va-et-vient, a-t-on appris à Kantigui, le malheureux est toujours à la poursuite de son argent.

Le calvaire d’un fonctionnaire de Kaya
Kantigui, lors de son passage la semaine du lundi 23 au vendredi 27 décembre 2019 à Kaya, a été témoin du calvaire d’un fonctionnaire qui voulait établir un ordre de mission. « Toutes les autorités sont absentes, du gouverneur au préfet de Kaya en passant par le secrétaire général de la région, le haut-commissaire du Sanmatenga et son secrétaire général », s’est indigné l’agent. Pourtant, selon les textes, en l’absence des autorités administratives du chef-lieu de la région (Kaya), c’est le préfet de la commune la plus proche qui administre les affaires courantes. Malheureusement, a-t-on confié à Kantigui, sur un rayon de 45 km autour de la ville de Kaya, les préfets étaient tous absents. « C’est celui de Pensa, dernière commune de la province, située à 90 km qui signait les ordres de mission », a rapporté l’infortuné à Kantigui. Dans ce contexte d’insécurité, il est impératif que les autorités régionales prennent les dispositions nécessaires pour assurer la continuité du service public.

Bani : l’avenir de 103 enfants compromis
Kantigui se souvient que depuis mai 2017, la commune de Bani située sur l’axe Dori-Ouagadougou dans la province du Séno, connaît une crise politique à rebondissements. Kantigui constate que la crise impacte négativement les différents secteurs d’activités, notamment l’éducation. C’est dans ce contexte, a-t-on informé Kantigui, que198 élèves ont pris part au Certificat d’études primaires (CEP), session 2019 sans leur extrait d’acte de naissance du fait de la crise. A la proclamation des résultats, 103 ont été déclarés admis au CEP et à l’entrée en 6e. Du coup, il était difficile de leur délivrer des diplômes, faute d’extraits d’actes de naissance. Selon la source de Kantigui, si une solution n’est pas trouvée à ce problème qui perdure depuis des mois, d’autres élèves de la classe de CM2 de Bani risquent de connaître le même sort, puisque le délai de réception des dossiers des candidats au CEP 2020 est fixé au 31 janvier prochain.

Le véhicule du journaliste, Ladji Bama, vandalisé
Il est revenu à Kantigui que le journaliste d’investigation, Ladji Bama, a eu des sueurs froides dans la nuit du lundi 6 au mardi 7 janvier 2019. En effet, aux environs de 3 heures du matin, selon la source de Kantigui, des individus se seraient introduits dans sa cour et auraient tenté d’incendier sa voiture. Heureusement pour lui, le cocktail molotov, qu’ils auraient jeté dans le véhicule, en brisant une des vitres n’aurait pas explosé. De ce qui a été dit à Kantigui, c’est l’épouse de M. Bama qui, de la chambre, aurait aperçu la fumée qui s’échappait de la voiture et aurait lancé l’alerte. Le feu aurait par la suite été maîtrisé par la famille. Selon le même informateur, un constat d’usage a été fait et une enquête ouverte en vue de rechercher les auteurs de l’acte.

kantigui2000@gmail.com
(00226) 25 31 22 89

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.