Mise en œuvre de la vision 2020 de la CEDEAO : Des acteurs nationaux dressent le bilan à Bobo-Dioulasso

Les participants se sont penchés sur les acquis et les insuffisances de la mise en œuvre de la vision.

Le ministère en charge de l’intégration africaine a réuni des acteurs nationaux au tour d’un atelier, les 20 et 21 janvier 2020, à Bobo-Dioulasso. Cet atelier rentre dans le cadre des consultations nationales sur la vision 2020 de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

La vision 2020 de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a été adoptée en 2007. A un an de la fin de l’échéance de sa mise en œuvre, l’heure est au bilan. Dans le cadre de ce bilan, le ministère de l’Intégration africaine et des burkinabè de l’extérieur a initié des ateliers de consultations nationales. Le premier atelier s’est tenu les 20 et 21 janvier 2020 à Bobo-Dioulasso, en attendant le deuxième qui se tiendra à Tenkodogo les 30 et 31 janvier prochains.

L’initiative a réuni des participants venus de plusieurs couches socio-professionnelles telles que la société civile, les syndicats, les partis politiques, le secteur privé, l’administration publique, des étudiants et des universitaires. Les deux jours de travaux, à en croire la Directrice générale (DG) de l’intégration africaine, Bernadette Nikiéma, se sont déroulés en plénière et en groupes de travail. Dans le présent atelier, il s’est agi, à ses dires, de recueillir les avis pertinents et les aspirations légitimes des populations de la communauté, reversés par l’échantillon que constituent les participants.

Le ministre en charge de l’intégration africaine, Paul Robert Tiendrebéogo, a rappelé que l’objectif principal de la vision 2020 est de « bâtir une région sans frontière, paisible, prospère et cohérente, bâtie sur la bonne gouvernance ». Pour ce faire, a-t-il dit, la vision s’est basée sur cinq piliers qui sont la gouvernance, la mise en valeur des ressources de la sous-région, l’intégration économique et monétaire, la croissance du secteur privé, la paix et la sécurité. Selon Paul Robert Tiendrebéogo, des acquis notables ont été engrangés, notamment dans le domaine de la paix et de la sécurité et dans celui de la libre circulation.

A travers ces visions, l’institution sous régionale veut placer les populations au centre du processus d’intégration. « Plus qu’une CEDEAO des Etats, la vision veut faire de la CEDEAO, une CEDEAO des peuples », a affirmé le ministre Tiendrebéogo. Il a, en outre, indiqué qu’une vision post-2020 est en vue. Elle sera, a-t-il expliqué, une nouvelle feuille de route qui sera basée sur les acquis, mais aussi sur les insuffisances de la vision 2020.

Tiéna Coulibaly est le représentant-résident du Président de la commission de la CEDEAO au pays des hommes intègres. Pour lui, le bilan de la mise en œuvre de la vision est globalement positif. Même s’il reconnait cependant qu’il reste des défis à relever, à l’image de la crise sécuritaire que traversent certains pays de la CEDEAO. Il faut noter que des consultations du genre se tiennent dans tous les pays membres de la communauté.

Alpha Sékou BARRY
alphasekoubarry@gmail.com
Michel Kiérou KI
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.