Elections législatives et présidentielle : Le MPP forme ses «combattants» des secteurs structurés

Les militants sont venus de toutes les régions du Burkina.

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a organisé, du 31 janvier au 2 février 2020 à Ouagadougou, une formation au profit des membres de ses secteurs structurés.

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) est en train de se donner toutes les chances pour sa victoire aux prochaines échéances électorales. Pour cela, le parti au pouvoir compte sur les membres de ses secteurs structurés. C’est dans cette optique qu’il a jugé utile de former ceux du ministère en charge des ressources animales et de l’habitat du 31 janvier au 2 février 2020. Le processus électoral et les textes fondamentaux et règlementaires sont les thématiques sur lesquelles les participants à la formation ont été outillés durant 72 heures, au Centre international de formation Kwamé-Nkrumah sis au quartier Wayalgin de Ouagadougou.

« Nous ne pouvons pas aller aux élections sans donner les connaissances nécessaires aux camarades. Car, lors de ces échéances, il faut arriver à convaincre l’électorat tout en étant convaincant », a justifié le coordonnateur du comité sectoriel du ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, Florent Baguira. Le formateur Innocent Tapsoba, du ministère des Ressources animales et halieutiques et membre du bureau du secteur structuré dudit ministère a soutenu que l’objectif de cette formation est d’outiller les militants tout en leur permettant de se familiariser avec la ligne directrice du parti qui est la social-démocratie. Le Plan national de développement économique et social (PNDES) a également été revisité.

Il convient alors, selon M. Tapsoba d’analyser cette « boussole » du gouvernement de Christophe Dabiré et d’en relever les défis lors du second mandat du président Roch Kaboré. Le formateur Gervais Nadembega, a estimé que la stratégie électorale pour les élections couplées législatives et présidentielle sera basée sur les acquis de leur mentor, Roch Kaboré. Après ce premier mandat, au regard des réalisations sociales, en infrastructures, en terme de démocratie, il y a des acquis sur lesquels les populations des villes et campagnes doivent se baser pour décider afin de donner un second mandat au président Kaboré, a-t-il précisé.

« En quatre ans, les difficultés que ce pouvoir a connues en terme de mouvements sociaux, de sécurité … de nombre jours non travaillés par année à cause des débrayages, vous verrez qu’il y a une grande intensité de travail. La stratégie électorale sera de présenter objectivement ces acquis », a indiqué M. Nadembèga.

Abdel Aziz NABALOUM
emirathe@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.