Lutte contre la radicalisation : 18 journalistes à l’école de la radio néerlandaise

Le centre de formation de la radio néerlandaise organise une série de renforcement des capacités au profit de 18 journalistes sur l’utilisation des médias pour contrer la radicalisation et les campagnes médiatiques pour le développement et le changement social à Hilversum aux Pays-Bas depuis le 27 janvier et, ce, jusqu’au 14 février 2020.

Venus d’Afrique, d’Asie et de l’Amérique latine, 18 journalistes de l’audiovisuel et de la presse écrite ainsi que des responsables médias et communication d’ONG participent à une série de renforcement de capacités au centre de formation de la radio néerlandaise à Hiversum aux Pays-Bas. Depuis le 27 janvier et ce jusqu’au 14 février 2020, ces professionnels des médias renforcent leurs capacités sur l’utilisation des médias pour contrer la radicalisation ainsi que les campagnes médiatiques pour le développement et le changement social. De l’avis de la formatrice en campagnes médiatiques pour le développement et le changement social au centre de formation de la radio néerlandaise, Janet Anderson, les participants sont des journalistes qui ont déjà plusieurs années d’expérience. A l’en croire, l’objectif visé à travers ces trois semaines de formation consistent à renforcer leurs capacités à cibler une catégorie spécifique de public pour passer leur message pour un changement de comportement.

« Pour le centre de formation de la radio néerlandaise, il ne s’agit par uniquement de faire des reportages mais d’aller au-delà en incitant à un changement de comportement. C’est pourquoi, il est crucial de doter les participants de compétences et connaissances nouvelles à cet effet », a expliqué la formatrice. Pour elle, la diversité des participants est un grand avantage parce que les formations du centre de formation de la radio néerlandaise sont des cadres de partage d’expériences. Selon le formateur à l’utilisation des médias pour contrer la radicalisation, Jordy Nijenhuis, le phénomène de la radicalisation est devenu mondial aux conséquences multiples et multiformes. A cet effet, a-t-il fait savoir, les journalistes ont besoin d’être outillés en vue de jouer leur partition dans la lutte contre la radicalisation. « En 2016, des jeunes néerlandais ont rejoint l’Etat islamique en Irak et en Syrie. Nous avons été victimes d’attaques terroristes aux Pays-Bas donc, le problème est mondial. Nous devons nous unir tous pour combattre ce problème international qui désolidarise nos sociétés. A ce titre, en tant que formateur, j’apprends des participants et vice-versa », a souhaité M. Nijenhuis.

Changer de comportement

Pour la journaliste nigériane Temitopé Bademosi, c’est une belle opportunité en participant à la formation dans la mesure où dans son pays, nombre de jeunes se radicalisent en rejoignant le groupe terroriste Boko Haram. « En tant que journaliste, je dois jouer mon rôle de sorte qu’il ait un changement de comportement. Toute chose qui m’a encouragée à opter pour cette formation », a-t-elle précisé. Après une semaine de cours, elle estime qu’il a déjà acquis des connaissances qui lui permettront de véhiculer des messages à un public cible bien déterminé pour le dissuader de rallier le groupe terroriste Boko Haram. Pour ce faire, a-t-elle promis, une fois rentrée au Nigeria, elle partagera ses nouvelles connaissances avec ses collègues. Quant à la directrice de publication de Aza-Mag, Eve Gabrielle Sokeng, elle a dit avoir choisi la formation sur les campagnes médiatiques pour le développement et le changement social parce que son organe qui est un E-mag fait la promotion des femmes entrepreneures au Sénégal.

Par ailleurs, elle envisage innover en sortant du format numérique écrit et passer à celui de la vidéo pour augmenter son audience. A l’issue des trois semaines de formation, elle entend mettre en pratique tout ce qu’elle a appris. Pour sa part, le responsable média et communication de l’ONG Oxfam à Gaza, en Palestine, Sami Alhaw, a confié que cette formation lui dotera de nouvelles approches pour mieux soutenir les personnes vulnérables afin qu’elles puissent améliorer leurs conditions de vie. Selon lui, il retournera en Palestine avec beaucoup de compétences, notamment l’utilisation des réseaux sociaux pour passer rapidement et facilement son message à son public cible. Depuis plus de cinquante ans, le centre de formation de la radio néerlandaise contribue au renforcement les capacités des journalistes, activistes et des responsables médias et communication des ONG issus des quatre coins du monde.

Souaibou NOMBRE
snombre29@yahoo.fr
Depuis Hilversum
aux Pays-Bas

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.