Politique nationale genre : améliorer l’accès des femmes à l’énergie

Le ministère de l’Energie, en collaboration avec le Centre pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (ECREEE), a organisé un atelier de validation du Plan d’action national pour l’intégration du genre dans les politiques d’accès à l’énergie (PAGEB), le mercredi 5 février 2020, à Ouagadougou.

Dans le secteur de l’énergie, la politique nationale genre va bientôt connaître son application. En effet, des acteurs du ministère de l’Energie se sont concertés, le mercredi 5 février 2020, à Ouagadougou, pour valider le Plan d’action national pour l’intégration du genre dans les politiques d’accès à l’énergie (PAGEB). Ils devraient examiner, amender et finaliser, entre autres, les priorités nationales, en matière d’accès des femmes à l’énergie, contenus dans le document. Pour le secrétaire général du ministère de l’Energie, Jean-Paul Yanogo, ce plan est une recommandation de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) d’améliorer l’accès du genre à l’énergie. Au Burkina Faso, selon Jean-Paul Yanogo, la politique nationale genre devrait permettre de privilégier les questions de genre dans les politiques, projets et programmes. C’est dans cette logique, à l’entendre, que celle du département de l’Energie a été créée le 1er avril 2009 pour être une répondante de la CEDEAO et du ministère en charge de la promotion du genre au sein dudit département. A ses dires, la « cellule genre et énergie » devra travailler avec ces deux institutions pour implémenter la PAGEB et la mise en œuvre de la Directive de la CEDEAO sur les évaluations genre dans les projets énergétiques.

Le directeur général des études et statistiques sectorielles du ministère de l’Energie, Brahima Nabi, a indiqué qu’il n’y a pas de discrimination des femmes en termes d’accès à l’énergie au pays des Hommes intègres. Mais, a-t-il déploré, leur faible niveau de revenu peut être un obstacle à leur accessibilité à l’énergie. « C’est en cela qu’il faut peaufiner des actions pour encourager les femmes à accéder aux emplois de l’énergie », a-t-il affirmé. Aussi, a-t-il ajouté, compte tenu de la faible représentativité des femmes dans les emplois liés à l’énergie, il faut surtout motiver les jeunes filles dans les lycées et collèges à s’intéresser aux métiers énergétiques. A cet effet, le budget du ministère de l’Energie, a assuré Brahima Nabi, est de « genre sensible » afin de prendre en compte la PAGEB sur la base d’indicateurs porteurs des différentes actions. La CEDEAO s’est fortement engagée à promouvoir l’accès équitable aux services énergétiques, à travers sa politique genre et énergie adoptée le 4 juin 2017 à Monrovia (Libéria) lors de sa 51e session.

Boukary BONKOUNGOU
Rahissa CESSOUMA
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.