Redevabilité et utilisation des données probantes: Le GT/  SR outille ses membres

Le Groupe Technique de Santé de la Reproduction (GT/SR) tient du 12 au 14 février 2020 à Ouagadougou, un atelier de formation sur la redevabilité et l’utilisation des données probantes à des fins de plaidoyer.

En réponse aux insuffisances dans les capacités du groupe technique Santé de la Reproduction (GT/SR) à assurer la redevabilité en matière de SDSR, un atelier a été initié pour renforcer les compétences des membres du Groupe sur la redevabilité et l’utilisation des données probantes à des fins de plaidoyer. En effet, selon Le chef de file du GT/SR,  Simplice Séraphin Toé, cette session de formation va permettre d’outiller la société civile pour le suivi des engagements en matière de redevabilité et aussi faire le plaidoyer.

Il a aussi signifié que depuis toujours, la société civile accompagne le gouvernement dans la mise en œuvre des politiques et stratégies nationales dans le domaine de la santé et les engagements sont pris par les autorités. Ainsi, selon lui, pour le suivi de ces engagements, il importe d’outiller la société civile  pour un meilleur suivi de ses engagements afin que celle-ci puisse être au rendez-vous. Ces engagements pour la planification familiale 2020 sont entre autres, l’augmentation de 10 % par an de la ligne budgétaire allouée à l’achat des produits contraceptifs, la gratuité de la planification familiale, la mise en place d’une structure qui consacre la dimension multisectorielle de la planification familiale.

Pour le Country Lead pour le Burkina Faso, Ousmane Ouédraogo, cet atelier s’inscrit dans le cadre de leur convention de partenariat avec le GT/SR. « Nous avons conduit une évaluation de capacité pour voir comment renforcer la compétence du groupe dans ses missions de redevabilité et de plaidoyer », a-t-il affirmé. Et de dire qu’à l’issue de cette évaluation, il est ressorti un certain nombre de gap. Selon lui, l’atelier va leur doter d’un mécanisme d’outils appropriés pour mieux conduire ces actions de plaidoyer et de redevabilité au Burkina. « Notre pays a pris beaucoup d’engagement en matière de santé, de planification familiale. Il nous appartient en tant qu’acteurs clés de faire les suivies de la mise en œuvre de ces engagements de manière méthodique et avec des outils appropriés », a fait savoir M Ouédraogo.

Pendant ces trois jours, les participants vont revisiter les engagements nationaux pour la planification familiale 2020, leur état de mise en œuvre. Ils vont également échanger sur la culture de redevabilité, la redevabilité pour la santé sexuelle et reproduction/planification familiale  et les acteurs de redevabilité.

Wamini Micheline OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.