Coopération Burkina-Japon Un complexe érigé pour la promotion du sport

Un complexe administratif et sportif a été inauguré le 22 février 2020 à Ouagadougou, au sein de l’Institut des sciences du sport et du développement humain (ISSDH). Il a coûté 2,4 milliards F CFA et est le fruit de la coopération entre le Burkina Faso et le Japon.

Le complexe administratif et sportif, à quelques encablures du stade du 4-Août est désormais disponible et prêt à accueillir les sports de mains, de combats et les activités de loisirs. Il a été inauguré le samedi 22 février 2020 par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, en présence de l’ambassadeur du Japon au Burkina, Tamotsu Ikezaki. Le complexe a coûté 2,4 milliards F CFA et a été financé par le Japon à hauteur de 1,8 milliard F CFA. Pour l’ambassadeur du Japon, l’inauguration des bâtiments qui coïncide avec la Journée des arts martiaux japonais, est le témoignage de l’engagement de son pays à accompagner le Burkina Faso dans ses efforts de développement du sport. Tamotsu Ikezaki a insisté sur les vertus des arts martiaux qui, selon lui, cultivent chez les pratiquants, le courage, la persévérance, l’entraide, le respect de l’autre, le partage, la solidarité… « Avec un temple pour cultiver de telles valeurs, le Burkina Faso dispose d’un moyen supplémentaire pour développer la résilience de son peuple durement éprouvé par les attaques terroristes », a insisté l’ambassadeur du Japon, tout en invitant les acteurs à faire du complexe, un centre sportif et culturel, « symbole de l’amitié » entre le Japon et le Burkina Faso.
Quant au Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, il a abondé dans le même sens que l’ambassadeur du Japon, en se réjouissant du fait que le complexe puisse offrir un cadre plus agréable aux entraînements et aux compétitions des athlètes. « Avec ce bâtiment, toutes les fédérations sportives vont rentrer dans la dynamique d’une meilleure gouvernance de notre sport. Je suis convaincu que cette infrastructure va permettre à notre sport de se moderniser et surtout que tous ces petits champions qui nous remportent des médailles puissent être beaucoup plus nombreux et se retrouver dans des conditions où ils vont progresser », a souligné le chef du gouvernement. Le plus heureux après la cérémonie d’inauguration a été le président du Comité national olympique et des sports burkinabè (CNOSB), Jean Yaméogo. Il s’est félicité de la mise à disposition désormais d’une salle omnisport et de sièges pour les différentes fédérations. Cependant, Jean Yaméogo s’inquiète de l’assainissement car la zone où est implantée le complexe est généralement envahi par les eaux de pluie, faute de système de drainage. Il a donc lancé un appel pour la résolution de ce problème.

Sié Simplice HIEN

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.