Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydroagricoles Salifou Ouédraogo, accompagné de son collègue des Ressources animales, Soumanogo Koutou et de la gouverneure de la région du Centre-Ouest, Irène Coulibaly, a remis du matériel et d’équipements agricoles aux bénéficiaires du Projet de valorisation agricole des petits barrages (ProVaLAB), le vendredi 21 février à Nabadogo dans la province du Boulkiemdé.

Le Projet de valorisation agricole des petits barrages (ProVaLAB) est le fruit de la coopération entre le Burkina Faso et la Suède. Un projet dont la philosophie est de transférer progressivement la gestion de ces barrages aux collectivités afin de remplir au mieux leur mission de gestion d’infrastructures. Son objectif est de contribuer à l’amélioration durable de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages et l’accroissement de leurs revenus, par la valorisation de l’eau des petits barrages grâce au développement des chaînes de valeurs porteuses. Pour ce faire, des changements intermédiaires doivent être
opérés par les producteurs. Pour opérer ces changements, des activités agro-sylvo-pastorales et halieutiques sont mises en œuvre au profit des bénéficiaires depuis 2018 sur la base des partenariats conclus avec les différents partenaires. Au total, 17 communes relevant de six régions sont bénéficiaires de ce projet. La remise de matériel et d’équipements aux bénéficiaires est intervenue le vendredi 21 février à Nabadogo, commune de Sabou, dans la province du Boulkiemdé. Les communes bénéficiaires ont reçu des motos, des ordinateurs, des imprimantes et des mobiliers. Quant aux producteurs et productrices, ils ont reçu du matériel de pêche composé entre autres de pirogues et tout l’arsenal nécessaire, du matériel d’étuvages de riz, des décortiqueuses, des tricycles. Selon le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydroagricoles,
Salifou Ouédraogo, le matériel et les équipements mis à la disposition des bénéficiaires du projet sont un soutien financier de la Suède, d’une valeur d’environ 70 millions F CFA. Le maire de Diabo, Ousmane Boly a, au nom des communes et des producteurs bénéficiaires, remercié le donateur pour le don. Pour lui, le matériel va permettre de booster le développement du secteur et d’atteindre les résultats escomptés.

Le projet lancé en juin 2018

De façon concrète, la mise en œuvre opérationnelle du projet est intervenue en juin 2018 à en croire le chef du département des aménagements hydroagricoles qui consiste pour les communes bénéficiaires entre autres, à  renforcer les petits barrages et des infrastructures connexes pour créer des conditions durables de développement dans un contexte marqué par l’amplification des effets du changement climatique, à appuyer la valorisation agricole soutenue des barrages, au vu de leur contribution majeure à la sécurité alimentaire et à l’amélioration des revenus des populations. De l’avis de Salifou Ouédraogo, le Burkina Faso, au regard de sa position de pays sahélien, est souvent affecté par les conditions climatiques difficiles au nombre desquelles on peut relever principalement la situation pluviométrique fortement instable. « Une triste réalité qui conduit souvent à des crises alimentaires récurrentes et à une réduction de la croissance économique nationale qui restent tributaires pour une large part du secteur agricole. Aussi, face à cette dépendance des aléas climatiques, des efforts doivent être faits pour intensifier les systèmes de production agro-sylvo-pastoraux et halieutiques, afin de lutter efficacement contre les spirales des crises alimentaires que vivent nos populations », a-t-il expliqué.
Le ministre de l’Agriculture a soutenu que c’est fort de cette conviction, que le gouvernement a toujours placé au centre de ses options de développement agricole, la question de la valorisation des potentialités agricoles dans le but d’insuffler une véritable transformation structurelle du secteur agricole. Le ministre Ouédraogo a noté à ce jour, depuis la mise en œuvre du projet, la réalisation de nombreuses études telles que : la réhabilitation de cinq barrages à savoir Guibaré, Kogoli, Tamasgo, Tanga, et Yaongo, la réhabilitation de 244 hectares de périmètres irrigués, la conduite des études environnementales et sociales pour l’ensemble des sites d’intervention du projet et l’identification des chaînes de valeurs porteuses que sont le riz, la tomate, l’oignon
et le poisson. A l’issue
de la remise du matériel et d’équipements, les officiels ont visité des réalisations dans le barrage de Nabadogo parmi lesquelles, la culture de différentes spéculations.

François KABORE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.