Des fois, on peut interroger son for intérieur sur le sens de sa vie et baisser la tête devant sa conscience meurtrie. Nous sommes des êtres en perfection et le comble n’est pas de tomber ; il faut savoir se relever et continuer à marcher. Personne ne vaut dix ; la plus forte note humaine est neuf, parce que l’humanité n’est pas que qualité ; elle est aussi vanité, animosité et cupidité. Nous sommes l’addition du bien et du mal mais combien d’entre nous font la somme des deux pour soustraire ce qui convient, ce qui est juste et satisfaisant ? Combien choisissent le bien à la place du mal ?

Combien font le mal en aspergeant la douleur d’eau fraîche ou en maquillant la plaie qui saigne ? Il y en a même qui embaume la gangrène qui pue au lieu d’amputer le mal qui gêne. Nous pouvons tous mieux faire et nous sommes d’ailleurs conçus pour le meilleur. Hélas ! Il est des fois où l’erreur commise est un compromis avec soi-même pour mieux agir à l’avenir. Mais la persistance dans l’erreur est un leurre, …

Article réservé aux abonnés de Sidwaya numérique

Clément ZONGO
clmentzongo@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.