La diaspora a salué le sens de l’écoute du chef de l’Etat.

En marge du sommet des chefs d’Etat du G5 Sahel, tenu le 25 février 2020 à Nouakchott, le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a eu des entretiens avec plusieurs personnalités.

Lors de son séjour à Nouakchott où il a pris part au sommet des chefs d’Etat du G5 Sahel, le 25 février 2020, le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a été sollicité de toutes parts pour plaider diverses causes. En effet, le chef de l’Etat a reçu plusieurs personnalités dont le Directeur général (DG) de l’Organisation internationale de la migration (OIM), Antonio Vitorino.

Celui-ci a dit, à sa sortie d’audience, avoir transmis au président du Faso, l’engagement de sa structure à travailler en collaboration avec le pays des Hommes intègres ainsi que toute la sous-région dans la gestion du flux migratoire. Une coopération qui va améliorer, selon lui, le contrôle frontalier, garantir la sécurité des communautés. « Les migrations ont un point positif en matière de développement. Mais, il faut qu’elles soient bien encadrées », a déclaré M. Vitorino. A sa suite, le président Kaboré a eu un tête-à-tête avec une délégation de la diaspora burkinabè vivant en Mauritanie.

Le délégué du Conseil supérieur des Burkinabè de l’extérieur (CSBE), Honoré Sandaogo Kaboré, a indiqué qu’environ 300 Burkinabè sont « immatriculés » dans ce pays. D’après lui, tous ont salué les efforts faits par le président du Faso afin de leur permettre de disposer de documents administratifs pour leur séjour en terre mauritanienne. « La communauté avait posé plusieurs préoccupations relatives à l’établissement de documents d’identification. Le gouvernement burkinabè a envoyé une équipe établir de nouvelles pièces et renouveler celles expirées (passeports, cartes nationales d’identité)», s’est réjoui le délégué du CSBE.

L’offre des opérateurs économiques

Selon le DG de l’OIM, Antonio Vitorino, une bonne immigration a des avantages.

Une autre personnalité reçue est le président du patronat du G5 Sahel, par ailleurs président du patronat mauritanien, Mohamed Zeine El Ould Cheikh Ahmed. Créé en 2019, le patronat du G5 Sahel veut accompagner le secrétariat permanent de l’organisation sahélienne dans la mise en œuvre de ses projets de développement. Ainsi, le patron du patronat dit avoir sollicité le chef de l’Etat afin qu’il plaide pour la prise en compte de ladite structure dans la passation des marchés au sein du groupe.

«Nous avons demandé au président du Faso d’être le porte-voix des opérateurs économiques auprès de nouveau président en exercice du G5 Sahel afin de favoriser l’ancrage du patronat du G5 Sahel. Il s’agit de trouver des marchés pour les sociétés du G5 Sahel et associer les hommes d’affaires de l’espace dans la conduite des projets de l’organisation. Il a promis d’en discuter avec ses homologues », a-t-il confié. Puis, c’est au tour de la vice-ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale d’Italie, Emanuela Del Re, d’être reçue.

Celle-ci dit avoir échangé avec Roch Marc Christian Kaboré sur des aspects visant à améliorer davantage les relations bilatérales entre l’Italie et le Burkina Faso. « Nous avons échangé sur la vision du future. Nos deux pays ont en commun beaucoup de projets de développement, surtout en ce qui concerne l’agriculture, notamment le coton. En matière de sécurité, nous sommes aux côtés du Burkina Faso », a-t-elle fait savoir. Selon elle, le pays des Hommes intègres a une forte diaspora en Italie et il faut œuvrer à canaliser ces énergies afin d’impulser une dynamique de développement durable à travers des investissements au pays.

Wanlé Gérard COULIBALY
(De retour de Nouakchott)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.