Cohésion sociale au Burkina: Burkindlim se fait le chantre de la réconciliation

Le groupe parlementaire Burkindlim a clôs le mercredi 11 mars 2020 à Ouagadougou, ses premières journées parlementaires axées sur la nécessité d’une réconciliation nationale.

La réconciliation nationale demeure une préoccupation pour les élus du groupe parlementaire Burkindlim. Lors de ses premières journées tenues à Ouagadougou les 10 et 11 mars 2020, ses députés ont pris diverses motions en vue d’un Burkina Faso réconcilié et uni. Ils ont indiqué que si à ce jour la cohésion sociale n’est pas encore acquise entre les populations et la classe politique, c’est parce qu’il manque de consensus sur les conditions, les étapes et les méthodes pour venir à bout des divisions. Placées sous le thème : « Pour une véritable réconciliation nationale : quelles perspectives ? », ces journées sont pour les acteurs, un cadre d’échanges entre les élus nationaux prônant la réconciliation et visent à mutualiser les efforts en vue de relever les défis. Dans leur rapport général, les députés ont fait savoir que la rencontre consiste à murir la réflexion sur les différentes questions relatives à la réconciliation nationale. « Nous avons gagné le pari de réunir toutes les formations politiques représentées au sein du groupe afin de discuter, sans tabou, cette épineuse question de la réconciliation nationale. Les travaux ont permis de faire l’état des lieux, de dégager des perspectives», a affirmé le président du groupe parlementaire, le député Emmanuel Lankoandé. Foi de ce dernier, les échanges ont été riches et constructifs entre participants et les résultats issus des journées permettront au gouvernement ainsi qu’à l’ensemble des acteurs burkinabè engagés dans le processus de réconciliation, d’atteindre leurs objectifs. Les panélistes ont soutenu que la réconciliation nationale est une lourde responsabilité dont l’aboutissement sera l’œuvre de tous. Néanmoins, le groupe parlementaire pense qu’il doit être a priori le porte-flambeau pour sensibiliser à l’édification d’une nation démocratique et prospère. «Le groupe parlementaire Burkinlim lance un appel à toute la classe politique, à la société civile, aux autorités coutumières et religieuses ainsi qu’à tout le peuple burkinabè à s’inscrire résolument dans la démarche de la réconciliation nationale afin de bâtir une nation burkinabè forte, de paix et de postérité », a lancé le président Lankoandé. Quant aux députés, ils ont unanimement rassuré qu’ils seront régulièrement sur le terrain en artisans de la réconciliation nationale, de la paix et de la cohésion sociale. « Je fonde l’espoir que les recommandations et suggestions qui ont été faites durant ces deux jours de réflexion, contribueront à améliorer les propositions pour une véritable réconciliation dans notre pays. Osons la vérité. Osons la justice », a conclu M. Lankoandé.

Sammuel Bruno SANGARE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.