Déby prêche par l’exemple

Alors que l’armée tchadienne vient de subir l’une de ses pires saignées face aux terroristes de Boko Haram à Boma, dans la province du Lac, le 23 mars dernier, le président Idriss Déby Itno a décidé de lui prêter main forte. En plus de s’être rendu sur les lieux de l’attaque le mardi 24 mars, il a pris l’engagement de séjourner aux côtés des militaires tchadiens pour mener la riposte contre la nébuleuse terroriste. «Je refuse cette défaite et la réplique doit être foudroyante », a-t-il déclaré. Pour l’ancien chef de guerre, il n’est pas question de laisser du répit aux terroristes pour savourer ce qu’ils considéreront comme une victoire sur l’armée tchadienne. Il faut les traquer jusque dans leurs derniers retranchements et les mettre hors d’état de nuire une fois pour toute. Les représailles contre les « fous de Dieu » doivent être à la hauteur de leur affront. C’est ce à quoi répond l’engagement du président tchadien aux côtés de ses hommes. En décidant de s’installer temporairement à Baga Sola (chef-lieu du département de Kaya, situé à 75 km de la capitale provinciale, Bol) pour coordonner personnellement les opérations contre Boko Haram, Idriss Déby Itno envoie un message fort à ses troupes. Sachant leur moral quelque peu ébranlé par l’attaque du 23 mars, il s’est senti obligé de revêtir ses habits de chef de guerre. Cette décision, à elle seule, a une valeur symbolique et participe à revigorer les militaires qui luttent depuis quelques années contre les éléments de Boko Haram dans la région du Lac. Dans cette guerre asymétrique qu’imposent les terroristes, Idriss Déby Itno a compris qu’il faut mobiliser toutes les ressources nécessaires pour mieux résister. C’est pourquoi, en plus de l’équipement et du renseignement, le président tchadien a compris l’impérieuse nécessité de soutenir aussi les ressorts psychologiques de ses troupes. Le choix de séjourner temporairement en compagnie des combattants au front va sans doute leur donner encore plus le courage de s’investir davantage dans la guerre contre le péril terroriste. Se sachant soutenus par le chef suprême des armées tchadiennes, les militaires ne ménageront aucun effort non seulement pour venger leurs frères d’armes tombés, mais aussi pour en découdre avec les combattants de Boko Haram qui écument la région du Lac. D’aucuns taxeront le président Déby de vouloir faire dans le populisme, mais sa décision a le mérite d’être saluée. D’autant plus qu’elle contribue à montrer aux terroristes et à leurs gourous qu’ils n’auront pas de place pour imposer leur imposture. Il ne suffit pas seulement de claironner des messages d’encouragement à l’endroit des soldats, il faut aussi prendre le pouls du front en s’y rendant. Durant son séjour à Baga Sola, Idriss Déby aura l’occasion de toucher du doigt les réalités que vivent ses hommes sur le terrain. Les paroles creuses n’ont aucune prise sur la réalité, sinon de la simple diversion. C’est pourquoi, il est capital de prêcher par l’exemple. Un chef qui donne l’exemple aura toujours des hommes qui l’accompagneront. Avec tous les reproches qu’on peut lui faire, on peut concéder au président tchadien d’avoir eu le bon réflexe en allant galvaniser ses hommes sur le terrain.

Karim BADOLO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.