Prise en compte du bien-être animal au Plateau central

L’ONG Action pour la promotion des initiatives locales (APIL) a organisé un atelier de sensibilisation et de plaidoyer sur l’amélioration du bien-être des équidés de trait, le vendredi 13 mars 2020 à Ziniaré, au profit des élus locaux.

Convaincus que l’amélioration du bien-être des ânes dans le contexte du Burkina contribue directement à l’augmentation et à la durabilité des moyens d’existence pour les populations les plus pauvres et les plus marginalisées, l’ONG APIL et son partenaire Brooke se sont donné pour but d’améliorer la santé et le bien-être des ânes dans les communes de Dapélogo, Zitenga et Ziniaré d’ici à 2021. Pour ce faire, ils mettent en œuvre, depuis 2017 dans la région du Plateau central, un projet intitulé : « Projet d’appui au renforcement des moyens d’existence des communautés par la Promotion du bien-être animal (PARMEC-PC) ». Les actions prévues dans le cadre de ce projet portent essentiellement sur des activités d’appui, de conseil, de formation et de sensibilisation en vue de changement de comportement et de pratique chez les communautés.  D’où la tenue d’un atelier de sensibilisation et de plaidoyer sur l’amélioration du bien-être des équidés de trait, le vendredi 13 mars 2020 à Ziniaré, au profit des élus locaux. « Pour l’atteinte des résultats escomptés,  le projet PARMEC-PC entend travailler en tandem avec les élus locaux, notamment les conseillers municipaux et les maires des différentes communes d’intervention du projet. Ces élus locaux constituent nos cibles de plaidoyer pour la prise en compte du bien-être animal dans les plans communaux de développement. En plus de leur rôle de mobilisateurs, ceux-ci à cause leur position stratégique dans les communautés, constituent par ailleurs des canaux pour faire passer les messages de sensibilisation sur le bien-être animal afin de faire changer les fausses perceptions sur l’âne dans les communautés », a expliqué le coordonnateur général de l’ONG APIL, Abdoulaye Ouédraogo.

Les plans communaux
de développement

Il a indiqué que l’objectif poursuivi est  de faire connaître à ces élus locaux, le bien-être animal et les amener à long terme d’avoir une sensibilité pour le bien-être animal, en faire une priorité de développement afin de l’intégrer dans les plans communaux de développement. Au cours des travaux, les élus locaux ont d’abord eu droit à une communication sur les principes du bien-être animal notamment des équidés de trait (ânes). Pour la chargée du projet, Léa Doly/Kambouélé,  on entend par bien-être animal, la manière dont un animal évolue dans les conditions qui l’entourent. Le bien-être d’un animal est considéré comme satisfaisant si les critères suivants sont réunis : bon état de santé,  confort suffisant, bon état nutritionnel, sécurité, possibilité d’expression du comportement naturel, absence de souffrances telles que la douleur, la peur et la détresse. Mme Doly a ensuite présenté les principaux résultats sur les trois années de mise en œuvre du projet. Débuté en 2017, le projet intervient dans 30 villages des communes de Dapélogo, Ziniaré et Zitenga au profit de 2 931 ménages et touche 3 294 ânes. Pour l’atteinte des objectifs du projet, des agents communautaires et l’équipe du projet ont été formés au bien-être animal et aux techniques de manipulation des équidés. Des campagnes de sensibilisation sur le bien-être animal (causeries éducatives, émissions radio, théâtres fora, plaidoyer) et des visites à domicile ont été organisées au profit des communautés bénéficiaires. Les producteurs bénéficiaires ont été formés aux techniques de production et de conservation du fourrage et dotés de semences et de petits matériels de production. Des  agents d’élevage et des vétérinaires privés ont été formés et équipés. Après les échanges sur les communications, les élus locaux se sont retrouvés en travaux de groupes pour : dégager les pistes de renforcement des acquis du projet, identifier des actions d’amélioration en matière de promotion de bien-être des équidés, recueillir les engagements des communes relativement à une meilleure prise en compte du bien-être animal dans les Plans communaux
de développement (PCD). Ces engagements pris par les élus locaux seront suivis et évalués par l’équipe du projet.

Abdias Cyprien SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.