Coronavirus au Centre-Est : Les autorités accentuent les actions préventives

A l’entrée de l’hôpital comme devant les différents services, le dispositif de lavage des mains est obligatoire avant l'accès.

Les autorités du Centre-Est initient et accentuent les activités de prévention, de sensibilisation du personnel médical et de la population même si la région n’est pas encore touchée.

«Le chef de l’Etat dans son message adressé à la nation face à la situation COVID-19, a pris un certain nombre de mesures. A charge pour les autorités administratives que nous sommes de les appliquer.

Après cet appel du chef de l’Etat, j’ai instruit les hauts-commissaires de répercuter ces mesures à l’endroit des autres chefs des circonscriptions administratives que sont les préfets les maires des communes chargés de les appliquer. Un comité régional de gestion de l’épidémie est également mis en place à cet effet», a déclaré le gouverneur de la région du Centre-Est, Antoine Ouédraogo. Les activités de communication ont permis d’élaborer des communiqués et des émissions qui précisent les mesures collectives et individuelles, diffusées dans les radios locales et remis aux autorités coutumières et religieuses pour sensibiliser les fidèles.

Des rencontres avec les responsables des hôtels, des gares routières, des compagnies de transport, pour leur expliquer les mesures à adopter dans leurs structures respectives pour restreindre la propagation de la maladie ont été tenues. Les Médecins-chefs des districts (MCD) sont chargés d’orienter les agents des Centres médicaux avec antenne (CMA) et les Centres de santé et de promotion sociale (CSPS), sur comment se comporter désormais face à la maladie et les mesures d’urgence à prendre. Le gouverneur a précisé qu’en fonction de l’évolution de la maladie, d’autres mesures particulières à la région pourraient être prises pour briser la chaine de transmission.

Antoine Ouédraogo a salué le sens du civisme des populations et lancé un appel pour le respect strict des mesures édictées par le président du Faso afin d’épargner la région de ce mal. Le Directeur régional de la santé (DRS) du Centre-Est, Souleymane Kaboré a indiqué que les postes de contrôle de Sinkancé et Mogandé, frontières du Togo et du Ghana ont été activés dans le cadre de la surveillance.

Dans ces postes, il s’agit de prendre la température de tous les voyageurs venant des deux pays voisins en passant par la région. «Nous ne doutons pas que cette mesure a ses forces et faiblesses, car quelqu’un peut être contaminé mais ne pas être détectable avant qu’il ne fasse la fièvre», a-t-il souligné. Le Dr Souleymane Kaboré a salué l’engagement des partenaires techniques et financiers à soutenir la région dans la lutte contre le COVID-19.

C’est notamment la Croix-Rouge qui a donné deux combinaisons de protection, l’Organisation catholique pour le développement et la solidarité (OCADES), des appareils pulvérisateurs, des thermomètres laser, des cartons de combinaisons de protections pour le personnel soignant, des masques et des gants et Enabel et un respirateur. D’autres dons sont en cours mais globalement, les PTF sont sensibles à la question.

La directrice des services médicaux et techniques au CHR et coordonnatrice des équipes d’intervention de la lutte contre le COVID-19, Yéri Lydie Tioyé, a exhorté les populations à se tenir à l’écart des services de santé si elles ne sont pas malades et diminuer le nombre de visites, de préférence un malade, un accompagnant. Elle a confié qu’une équipe médicale d’urgence, composée de médecins, d’infirmiers et d’un technicien d’hygiène hospitalière est constituée pour la prise en charge d’éventuels cas qui nécessiteraient une hospitalisation.

«Nous n’avons de cas confirmé pour le moment mais, nous nous préparons pour la gestion d’une situation qui surviendrait», rassure Yéri Lydie Tioyé. Le DG du CHR, Ousmane Néré a précisé qu’à l’entrée de l’hôpital comme devant les différents services, le dispositif de lavage systématique des mains et le port des masques sont obligatoires avant d’y avoir accès.

Sans oublier la sensibilisation du personnel, des patients et leurs accompagnants qui se fait de façon continue et quotidienne. Il a indiqué qu’un dispositif de gestion des cas suspects est mis en place à l’interne au niveau de l’hôpital. Cette batterie de mesures, à en croire les autorités locales, vise à protéger les malades et les visiteurs et surtout à réduire au maximum le risque de transmission de cette maladie. Les cas avérés seront référés au site d’isolement régional logé dans les locaux de l’ancienne DRS.

Bougnan NAON
naon_2012@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.