Mesures contre le COVID-19 : Le désarroi des taximen à Ouagadougou

Avec le COVID-19, le gagne-pain des taximen est stationné.

Depuis l’annonce faite par le gouvernement burkinabè en mars dernier ordonnant un arrêt de l’activité de transport de passagers sur toute l’étendue du territoire national, les taximen peinent à joindre les deux bouts. Constat à Ouagadougou.

Assis sous un caïlcédrat, les taximen de la gare de l’Est à Ouagadougou discutent de tout et de rien, en cette matinée du mardi 14 avril 2020. Depuis les mesures prises par le gouvernement pour éviter la propagation du COVID-19, leur gagne-pain est à l’arrêt. Avant que l’équipe de Sidwaya ne se dirige vers le prolixe du groupe, un chauffeur au visage triste lance ceci:

« Nous allons redémarrer les moteurs de nos véhicules si rien n’est fait dans les jours à venir. Nous préférons mourir de COVID-19 que de faim ».

Le responsable des taximen de ladite gare, Saïdou Ouédraogo, dit apprécier les mesures du gouvernement et les efforts consentis pour les populations. Néanmoins, pense-t-il, des solutions adéquates peuvent être trouvées, pour pallier cette situation. « Nous sommes conscients que la maladie fait des victimes. Mais tant que nous ne reprenons pas notre activité, nous ne mangerons pas.

Le fait d’être cloîtré tous les jours à la maison amène des petites disputes », affirme amèrement M. Ouédraogo. Il note que les taximen ne sont pas les seules victimes de cette mesure. Car, pour lui, des fonctionnaires qui avaient l’habitude de rejoindre leur service en taxi, sont aussi touchés.

Le responsable des taximen de la gare de l’Est, Saïdou Ouédraogo : «Dans certains pays, les taximen continuent leur activité. C’est seulement le nombre de passagers qui est réduit ».

Face à cette situation, il supplie le gouvernement de leur permettre de reprendre leur activité, tout en veillant à ce que les taximen appliquent strictement les mesures barrières, à savoir le port des cache-nez obligatoire pour les clients et la présence du gel hydroalcoolique dans les véhicules pour le lavage des mains, mais aussi de fixer à trois le nombre passagers par taxi.

Le responsable ajoute que le gouvernement leur avait proposé le renouvellement de leur parc mais jusque-là rien n’est fait. Selon lui, la distribution des vivres n’est pas la meilleure solution et cette initiative ne pourra en aucun cas, leur permettre de mieux s’occuper de leurs familles. « La fois passée, on a donné quatre tonnes de riz aux syndicats pour une cinquantaine de cellules. Ne pouvant pas les partager, au regard du nombre élevé de personnes, nous avons été obligés de les remettre à nos malades et à certaines de nos veuves», déplore-t-il.

Abondant dans le même sens, Lassané Sawadogo crie son ras-le-bol, même s’il reconnaît que la maladie touche le monde entier. Il souligne que des dispositions ont été prises pour les transporteurs dans d’autres pays de la sous-région tandis qu’au pays des Hommes intègres, ces derniers semblent oubliés.

Reprendre vaille que vaille

Un de ses fils vivant au Sénégal, rappelle-t-il, l’a informé qu’au pays de la Téranga chaque famille a eu droit à une enveloppe de plus de 150 mille F CFA. « Un homme ne peut pas marcher les poches vides. Je faisais chaque jour de bonnes recettes. Je pouvais rentrer le soir avec au moins 5000 F CFA. Mais de nos jours, tout est au ralenti et je ne peux même avoir 300 F CFA. Nous souhaitons que cette maladie disparaisse le plus tôt possible», implore-t-il. M. Sawadogo souligne que si un conducteur veut aller en ville, il faut qu’il ait sa carte de syndicat avant que la police ne le laisse passer.

Le conducteur de taxi, Lassané Sawadogo, dit fuir la maison de peur que ses enfants ne lui demandent quelque chose.

A la gare de taxi à Rood-wooko (grand marché de Ouagadougou), où il était difficile en temps normal de se frayer un passage, c’est le ‘’désert’’ total. Adama Kiéma, à la recherche d’éventuels clients, scrute les passants.
« C’est parce que j’ai faim que je suis sorti. Si un client se présente à moi, quel que soit le lieu où il voudra aller, je l’amène, même si je vais contourner les policiers. Je suis fatigué de rester à la maison. Je n’ai ni un compte en banque ni quelqu’un qui puisse m’aider à nourrir ma famille», justifie-t-il. Pour lui, il y a beaucoup de nécessiteux au Burkina Faso.

Pour ce faire, il souhaite que le gouvernement emboîte le pas du Niger avec un accompagnement consistant sinon, un sac de riz de 50 kg pour 30 personnes est insultant. « Avec le COVID-19, le gouvernement nigérien a donné à chaque ménage un sac de riz et une somme de 50 000 F CFA. Pourquoi nos autorités ne peuvent-elles pas faire autant ?», se demande-t-il. Il dit ignorer la destination des dons en nature et en espèces faits tous les jours par les bonnes volontés.
A l’heure actuelle, le seul espoir des taximen, c’est qu’une solution rapide soit trouvée à la pandémie pour une reprise de leur activité.

Afsétou SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.