Appui aux personnes vulnérables : des vivres pour 9 500 ménages de la région du Centre

Le ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, Hélène Marie Laurence Ilboudo a visité, le mardi 28 avril 2020 à Ouagadougou, les sites de distribution des vivres aux personnes vulnérables de la région du Centre.

Pour apporter une réponse à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition dans le contexte actuel de COVID-19, le gouvernement a décidé de doter les ménages vulnérables de vivres. Pour les douze arrondissements et les six communes rurales de la région du Centre, plus 77 000 personnes de 9500 ménages sont bénéficiaires de ce don.

25 sites sont retenus en vue de permettre une fluidité de l’opération durant laquelle 1 500 tonnes de vivres seront distribués. Ce mardi 28 avril 2020, le ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, Hélène Marie Laurence Ilboudo/ Marchal est allée constater de visu la distribution de ces vivres. Du service social de Boulmiougou à celui de Saaba en passant par Sig-Nonghin et Nongr-Massom, elle a encouragé les agents commis à la tâche, tout en invitant les populations à respecter les mesures barrières édictées par les autorités sanitaires pour venir à bout de la maladie à coronavirus. « C’est un programme qui était déjà établi. Mais nous avons dû le renforcer pour tenir compte des mesures sociales d’accompagnement dans le cadre de la riposte au COVID-19 », a-t-elle précisé. Pour le ministre, cette opération va s’étendre à toutes les régions du Burkina. Cependant, a-t-elle souligné, la priorité est mise sur Ouagadougou et Bobo-Dioulasso.
« Nous pensons que ces deux grandes villes sont les plus touchées par les mesures contre le coronavirus.

Le convoi des vivres vers Bobo Dioulasso était confronté au problème de la suspension des transports. Mais dans les jours à venir, les bénéficiaires pourront rentrer en possession de leurs vivres parce qu’actuellement, c’est la période de soudure»,a-t-elle dit. Elle a rassuré que ses services continueront à mener des enquêtes en vue d’accroître le nombre de personnes éligibles aux dons. Car, a-t-elle rappelé, les mesures de riposte du COVID-19 vont augmenter le nombre de personnes concernées par la détresse alimentaire.

Elle a enfin appelé à la solidarité et à une coordination pour éviter les doublons dans les dons. « Si nous travaillons avec une liste bien déterminée, les opérations seront plus faciles et il y aura une meilleure équité dans la prise en charge des personnes vulnérables », a-t-elle conclu.
Mme Blandine Ilboudo, mère de famille, salue ce geste qui lui permettra de nourrir ses enfants pendant un temps. « J’ai eu deux sacs de maïs de 50 kg et un sac de riz. Je remercie les donateurs car, chez moi, je n’avais plus rien à manger », a-t-elle laissé entendre.

Même son de cloche pour Dénise Compaoré, vendeuse au marché de Saaba, qui ne savait plus quoi faire depuis la fermeture des marchés.

Adama SEDGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.