Riposte au COVID-19 : Le MPP salue la mise en route « rapide » du plan

Le président du MPP, Simon Compaoré (micro), a salué la réactivité du gouvernement dans la mise en place du plan de riposte contre le COVID-19.

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a animé, le mercredi 29 avril 2020 à Ouagadougou, une conférence de presse pour donner sa lecture de la situation nationale marquée par la pandémie du coronavirus.

La gestion de la crise sanitaire liée à la maladie à coronavirus (COVID-19) par le gouvernement a été saluée par le parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), au cours d’une conférence de presse, le mercredi 29 avril 2020 à Ouagadougou.

« Nous nous félicitons de la réactivité du gouvernement dans la mise en route rapide du plan de riposte contre le COVID-19 et de toutes les mesures prises pour faire face à cette redoutable pandémie », a déclaré le président du MPP, Simon Compaoré.

Pour lui, le coronavirus est venu se greffer au défi sécuritaire que le pays connaît depuis 2016, obligeant le président du Faso à s’adresser deux fois au peuple en l’espace de deux semaines. Au passage, l’animateur du jour a salué les mesures « fortes » annoncées lors des sorties, notamment celle visant l’atténuation des effets socioéconomiques du COVID-19 et qui va nécessiter un montant global de près de 400 milliards F CFA.

Le président du MPP a invité l’ensemble des Burkinabè à faire bloc derrière le gouvernement. « Face à la menace du COVID-19, nous avons une communauté de destin à défendre. Dans ces circonstances, nous invitons les Burkinabè à fédérer leurs intelligences, leurs capacités et à unir leurs forces pour rompre la chaîne de contamination du coronavirus dans notre pays », a-t-il plaidé.

De l’avis de M. Compaoré, pour atteindre ce résultat, les uns et les autres devraient se départir de « la critique stérile et démobilisatrice » pour agir dans une synergie d’actions sous la houlette du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré. Dans cette dynamique, a-t-il fait savoir, son parti, le MPP, a lancé une opération de souscription volontaire auprès de ses militants et sympathisants dont les fruits seront reversés au ministère de la Santé qui lutte « avec détermination » contre l’épidémie.

Au cours de cette rencontre, les journalistes ont posé des questions sur la gestion du coronavirus au Burkina Faso. Sur la polémique en lien avec le décès de la députée Rose Marie Compaoré, Simon Compaoré a laissé entendre qu’au nom du respect des morts recommandé par la tradition, la polémique n’a pas sa raison d’être, car elle ne permet pas le repos éternel de l’âme de la défunte députée.

« Il faut éviter de remuer le couteau dans la plaie. S’il y a eu des manquements, des voies de recours existent pour faire réparer les erreurs », a-t-il ajouté. Que pensez-vous du discours de l’opposition qui estime que les élections de 2020 doivent se tenir à bonne date malgré l’impact du COVID-19 sur le calendrier électoral ?

Le conférencier du jour a indiqué qu’il n’y a pas de contradiction entre l’opposition et l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP).
« Nous devons tout faire pour éviter un non-respect de la Constitution. On ne doit pas poser la question de savoir si les élections auront lieu ou pas (…) car la tenue des élections est une obligation constitutionnelle », a-t-il dit.

Concernant la réouverture des marchés et yaars réclamée par les commerçants, le parti majoritaire s’est dit favorable à condition que les dispositions soient prises par les autorités municipales pour le respect des mesures barrières. Dans la même veine, le MPP a salué la reprise des cours annoncée par l’exécutif, affirmant qu’une année blanche est lourde de conséquences pour l’ensemble des acteurs du monde éducatif.

Beyon Romain NEBIE
beynebie@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.