Prévision des caractéristiques agroclimatiques 2020 : Une installation précoce de la saison pluvieuse prévue

Pour l’expert en prévision saisonnière à l’ANAM, Ousmane Ouédraogo, il est attendu une situation humide sur la majeure partie du territoire national.

L’Agence nationale de la météorologie (ANAM) a présenté à la presse, son bulletin de prévision saisonnière des caractéristiques agroclimatiques de la campagne de l’année en cours, le vendredi 8 mai 2020 à Ouagadougou.

L’Agence nationale de la météorologie (ANAM) recommande aux agriculteurs, aux éleveurs, aux autorités et aux ONG de valoriser les opportunités agricoles, d’augmenter les superficies des exploitations agricoles , de soutenir le déploiement de techniques d’augmentation de rendements des cultures, à travers l’apport de fertilisants (fumures organiques et engrais minéral) et de faciliter l’accès des semences améliorées aux producteurs.

C’est l’information livrée aux journalistes, par l’ANAM, à l’occasion de la présentation du bulletin de prévision saisonnière des caractéristiques agroclimatiques de la campagne de l’année en cours, le vendredi 8 mai 2020 à son siège à Ouagadougou.

Dans son exposé, l’expert en prévision saisonnière à l’ANAM, Ousmane Ouédraogo, a informé que pour les périodes de juin-juillet- août et juillet-août-septembre 2020, il est attendu des cumuls pluviométriques supérieurs à la moyenne établie sur la période de référence de 1981-2010 sur la majeure partie du pays.

« Des cumuls proches de la moyenne avec une tendance déficitaire sont prévus dans la moitié sud des régions du Sud-Ouest et des Cascades », a-t-il expliqué. Pour ce qui concerne les prévisions agroclimatiques de 2020, l’ingénieur en météorologie, Grégoire Baki, a annoncé qu’il est attendu sur tout le territoire national, une installation précoce de la saison pluvieuse à tendance normale.

« Les dates d’installation précoce de la saison sont du 1er au 10 mai pour la zone soudanienne prévue, du 11 au 31 mai pour la zone soudano-sahélienne et du 1er au 20 juin pour la zone sahélienne. En année normale, la période est fixée du 11 au 31 mai pour la zone soudanienne, du 1er au 20 juin pour la zone soudano-sahélienne et 21 juin au 10 juillet pour la zone sahélienne», a-t-il étayé.

Une fin de saison tardive

 

Sur la carte, les prévisions montrent que dans les zones sahélienne et soudano-sahélienne, l’on pourrait assister pendant la période floraison-épiaison à des séquences sèches de courte durée ou égale à la normale.

La fin de la saison sera, a-t-il poursuivi, tardive à tendance normale sur l’ensemble du pays. L’ingénieur en météorologie a fait savoir que des séquences sèches de durée normale sont attendues dans la zone sahélienne ainsi que dans le Centre et l’Est de la zone soudano-sahélienne en début de saison.

« Dans la zone soudanienne et la partie ouest de la zone soudano-sahélienne, on pourrait avoir des séquences sèches de durée normale ou inférieure à celle-ci. Vers la fin de la saison, il est prévu des séquences courtes à moyennes, dans les zones sahéliennes et soudano-sahélienne du territoire.

Dans la zone soudanienne, on pourrait assister à des séquences sèches à moyennes à longues», a ajouté M. Baki. Au regard des résultats des prévisions saisonnières, les cumuls pluviométriques et les caractéristiques agrométéorologiques sur les périodes indiquées, M. Baki a conseillé, face au risque phytosanitaire, de renforcer la surveillance vis-à-vis d’une éventuelle invasion acridienne dans le pays.

Face au risque d’invasion, il a suggéré d’éviter l’occupation des zones inondables et aussi d’y semer le mil, le maïs et le sorgho. Face au risque de maladie, l’ingénieur a proposé de prévoir des stocks de moustiquaires, de vacciner les animaux en vue de prévenir les épizooties à germes et de renforcer la vigilance contre le choléra, la malaria, la dengue et la bilharziose.

Selon le directeur général de l’ANAM, Kouka Ernest Ouédraogo, tous ces résultats ont été obtenus à l’issue du 7e forum des prévisions saisonnières 2020 sur la zone soudano-sahélienne de l’espace CILSS-CEDEAO qui s’est déroulé du 20 au 24 avril dernier en ligne, en raison des mesures prises par les gouvernements respectifs et institutions internationales pour lutter contre le COVID-19.

Cette session a vu la participation des techniciens de l’Afrique de l’Ouest et du Centre en charge du suivi et de l’élaboration des informations agroclimatiques et hydrauliques.

Paténéma Oumar OUEDRAOGO
pathnema@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.