Université Nazi-Boni :reprise des cours sous respect des mesures barrières

Les activités pédagogiques à l’Université Nazi-Boni ont repris, le lundi 11 mai 2020. Et c’est de façon timide dans le respect des mesures barrières au COVID-19 que les étudiants ont intégré les salles de cours.

Les étudiants de l’Université Nazi-Boni, principalement les promotions à effectifs réduits, ont retrouvé les salles de cours, le lundi 11 mai 2020 dans une ambiance glaciale. Lesquelles salles avaient été fermées depuis le 14 mars dernier. Nous sommes à Nasso, un petit village situé à 15km de la ville de Bobo-Dioulasso, village dans lequel se trouve l’Université Nazi-Boni. Dès l’entrée du village, tout le monde (étudiants et autres passagers) est soumis à un test des agents de santé. Une fois sur le site, masque au nez, sac au dos, les étudiants se dirigent vers les salles de classe. Avant d’y avoir accès, ils sont soumis au lavement des mains. En plus de cela, dans les différentes administrations et salles de classe, des gels hydroalcooliques sont disponibles. Au niveau des salles de travaux pratiques pour les filières techniques, les effectifs sont divisés en plusieurs groupes afin de respecter la distanciation.

Le président de l’Université, Pr Macaire Ouédraogo, s’est rendu dans certaines salles pour constater de visu, l’effectivité de la reprise et le respect des mesures barrières. Pour lui, la rentrée se fait de façon progressive. En effet, pour les filières à effectifs réduits telles que l’ESI, l’IDR, l’IUT, le président a autorisé un cours en présentiel dans le strict respect des mesures barrières. Pour un total de 10 000 étudiants qui devaient commencer les cours le lundi 11 mai. 500 étudiants en présentiel et 299 en E-Learning ont commencé ; ce qui a permis de former près de 215 enseignants permanents et également d’ouvrir 20 000 comptes pour les étudiants. Pour ce qui concerne les filières à effectifs élevés telles que les Unités de formation et de recherche SJPEG et SH-LAM, les cours débuteront la semaine prochaine, à en croire le président, probablement en E-Learning. Pour les cours en présentiel, le président a fait savoir qu’une désinfection des salles a été effectuée afin de recevoir les étudiants autorisés à faire le cours en présentiel.
Autre dispositif, l’installation de lave-mains à l’entrée de chaque salle où doivent se tenir les cours en présentiel.

De plus, il est strictement interdit aux étudiants de s’échanger les stylos, les crayons, de se faire des accolades. A chaque fois qu’un étudiant entrait de nouveau en classe, il se devait de se laver les mains avec le gel hydroalcoolique. « Vraiment, j’ai vérifié, tout est bien organisé et les étudiants ont bien compris », renchérit le président. Outre ces mesures, le Pr Macaire Ouédraogo n’a pas hésité d’évoquer la psychose qui pourrait gagner les étudiants parce que la peur du COVID-19 se lisait sur les visages. Pour cela, il préconise que chaque enseignant échange avec ses étudiants pour dissiper cette psychose avant tout début de cours. Sur place, il s’est prêté aux questions posées par les étudiants car, pour lui, il faut au préalable une sensibilisation. « Nous vous accompagnons et c’est nous qui sommes au-devant. Si quelque chose doit vous arriver, c’est d’abord nous qui sommes exposés », a-t-il dit, s’adressant aux étudiants. Enfin, le président de l’Université Nazi-Boni a invité les étudiants à respecter le dispositif pour espérer enregistrer zéro cas de contamination.

Emmanuel BATIONO
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.