Concours professionnels : Le gouvernement envisage l’administration des épreuves en ligne

Le ministre en charge de la Communication, Rémis Fulgance Dandjinou, a invité chaque Burkinabè au respect des mesures barrières.

Le Conseil des ministres s’est tenu, le mercredi 13 mai 2020, à Ouagadougou, sous la présidence du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré. Plusieurs dossiers ont été examinés dont le point de la crise du coronavirus et l’administration en ligne des concours professionnels de la Fonction publique.

Le Burkina innove davantage dans l’organisation des concours de la Fonction publique. C’est l’un des points sur lequel s’est penché le conseil des ministres du mercredi 13 mai 2020.

En effet, le ministre de la Communication et des Relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, a fait savoir qu’au titre de la Fonction publique, le conseil a pris un décret portant condition d’organisation et d’administration des épreuves et publication des résultats des examens professionnels et desdits concours.

Ce décret, a-t-il indiqué, vise à faciliter l’organisation des concours et les examens professionnels de la fonction publique et à permettre l’expérimentation en ligne de quelques concours.

Il s’agit, selon, Rémis Dandjinou, de simplifier et de faciliter le dépôt des concours, l’administration et la proclamation des résultats. Toute chose qui, a-t-il souligné, va concourir à la transparence de tout le processus sans oublier le gain financier au profit du budget de l’Etat.

Au titre du ministère de la Santé, le porte-parole du gouvernement a fait savoir que le point de la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19) a été fait ainsi que la situation de la mise en œuvre du plan de riposte.

« Le conseil a instruit les ministres en charge de la question, pour une poursuite des efforts dans le domaine, d’œuvrer à la disponibilité et à l’accélération des tests, l’opérationnalisation des plans de réponses régionaux et la prise en charge des cas positifs et des personnes mises en quarantaine », a-t-il dit.

Toujours en rapport avec la situation du COVID-19, a souligné le ministre de la Communication, les ministres en charge des enseignements et de la formation professionnelle ont fait le point des rentrées administratives et pédagogiques.

Après avoir apprécié l’état des lieux tant au niveau des universités privées comme publiques que des structures de formations professionnelles des ministères, le conseil a instruit les ministres au respect strict des mesures barrières, selon le porte-parole du gouvernement.

Pour Rémis Dandjinou, le conseil a également pris un décret portant autorisation de ratification de l’accord de crédit N°6567-BF et don N° D 581-BF conclu le 4 mai 2020 entre le Burkina et l’Association internationale pour le développement (IDA). Ces crédits et dons, a-t-il fait savoir, doivent servir au financement d’un projet d’amélioration de collecte de données statistiques avec trois volets.

Protéger les consommateurs

Il s’agit de l’harmonisation et la collecte des données, la modernisation des infrastructures technologiques et statistiques, la gestion de la mise en œuvre et de suivi-évaluation. Le montant du prêt est de 16,5 milliards F CFA et celui du don est de 16,5 milliards F CFA.
Au titre du ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, un décret a été pris portant règlementation des prix des biens des services soumis au contrôle.

Ce décret, a expliqué Rémis Dandjinou, est une application de la loi N°016-2017/AN portant organisation de la concurrence au Burkina Faso. Son adoption permettra de renforcer le dispositif juridique en matière de concurrence et de protection des consommateurs et de maîtriser la flambée du prix de certains produits.

Il ressort aussi de ce compte-rendu que le lancement officiel de la saison agricole 2020-2021 a été fixé au vendredi 22 mai prochain avec pour thème : « Quelles stratégies pour s’assurer une sécurité alimentaire et nutritionnelle dans un contexte de pandémie de COVID-19 ». A entendre le ministre porte-parole du gouvernement, les productions attendues au seuil de cette campagne humide sont de plus de 5,6 millions de tonnes pour les céréales, plus de 1,5 million de tonnes pour les cultures de rente et plus de 9 millions pour les autres produits vivriers.

Pour ce qui concerne les questions d’actualité, le porte-parole du gouvernement a fait savoir, entre autres, que des contrôles seront faits pour le respect des mesures barrières comme le port des masques. Des actions de sensibilisation sont faites à cet effet, et tous les acteurs ont été invités à jouer leur part de responsabilité dans la lutte contre la pandémie. « Nous sommes dans la crise et chacun de nous doit s’assumer », a-t-il martelé.

Soumaïla BONKOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.