Discours sur l’état de la Nation du Premier ministre

Dans son discours sur l’état de la Nation, le mardi le 19 mai 2020 devant les députés, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a abordé divers sujets sur l’action du gouvernement. Pour certains citoyens de Bobo-Dioulasso, ce discours donne de l’espoir tandis que d’autres disent restés sur leur soif.

Aboubacar Koïta, fondateur du complexe scolaire Le Savoir :
« C’est avec un grand intérêt que j’ai écouté les mots du Premier ministre.  Ce discours s’inscrit dans un contexte particulier, dû à la pandémie du coronavirus et au contexte sécuritaire que vit notre pays. Mais je crois que l’on peut quand même garder une lueur d’espoir, à entendre ce qui a été dit et les interventions des députés sur les questions posées. Cela témoigne de leur engagement dans la lutte contre les maux de notre société. Concernant le domaine de l’éducation, nous sommes vraiment, comme tout autre secteur, touchés de plein fouet par le coronavirus. Depuis le 16 mai 2020, le gouvernement a annoncé la fermeture de tous les établissements scolaires en vue de rompre la chaîne de propagation du virus. Il est vrai que cette décision s’inscrit dans la dynamique de la lutte contre la COVID-19, mais il faut reconnaître que c’est une mesure-barrière qui n’a pas été suivie de mesures d’accompagnement par rapport aux établissements privés. Toutes les scolarités ne sont pas soldées et pourtant il y a toujours des charges. Les parents aussi ne paient pas, vu les difficultés qu’ils rencontrent. De plus, les cours ont été reprogrammés pour le 1er juin et je pense que si cette date n’est pas respectée, l’Etat n’a vraiment pas d’autres solutions. Il revient aux acteurs de l’éducation de converger les idées pour sauver l’année scolaire».

Mamadou Simboro, proviseur du lycée mixte d’Accart-ville : « Le discours du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a été précis et concis. Il a peint la situation nationale réelle et pour ce qui concerne les zones sombres par exemple la mort des douze présumés terroristes, il a indiqué qu’il y a tout une enquête en cours et j’en suis heureux».

Parfait Fabrice Bado, étudiant en licence 3
de Biologie à l’Université Nazi- Boni :
« Le discours était vraiment attendu par bon nombre de Burkinabè. Il fallait qu’il rompe le silence. Personnellement, je me demande si ce discours a vraiment orienté la population burkinabè. Parce que ce discours venait pour orienter plus les Burkinabè sur quoi faire. Est-ce qu’on peut toujours faire confiance à ce gouvernement ? Qu’est-ce qui a été fait concrètement ? Le gouvernement se doit d’aller au-delà des discours, sinon l’on risque de perdre confiance. Moi en tout cas, je suis resté toujours sur ma soif. Sur le plan sécuritaire, nous le savons bien, notre pays fait l’objet d’attaques terroristes depuis 5 ans. Je pense qu’il serait mieux d’expliquer au peuple pourquoi nous subissons tout cela. De plus, il reste beaucoup à faire concernant les déplacés internes. Sur le plan sanitaire, nous avons les mesures-barrières édictées par le gouvernement mais je ne vois pas l’importance du couvre-feu si dans la journée, toutes les activités rémunératrices sont permises».

Flavien Alexis Sonbougma, étudiant en Sciences économiques et de gestion:
« J’ai trouvé le discours du Premier ministre très sommaire, il nous a raconté tout ce qui est déjà connu. On s’attendait à ce qu’il nous donne des informations qui vont nous convaincre sur l’action du gouvernement. Quand j’ai écouté son discours, j’avais l’impression que le Premier ministre ne se rend pas compte de ce qui se passe réellement dans ce pays. Il y a un certain écart entre ce que nous savons et ce qu’il nous donne comme message. Le Premier ministre veut vanter le gouvernement, mais il faut qu’il sache que c’est insuffisant. Concrètement, je pense que le gouvernement doit être limpide dans tout ce qu’il fait. Presque toutes les activités ont repris et les élèves sont toujours à la maison parce qu’il n’y a pas de cache-nez. Il revenait au Premier ministre de dire clairement ce qui ne va pas».

Propos recueillis par Emmanuel BATIONO
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.