Elections de novembre 2020 : la troïka des partenaires apporte 12 milliards F CFA

Le gouvernement burkinabè et ses partenaires techniques et financiers ont tenu, le mardi 26 mai 2020 à Ouagadougou, leur rencontre statutaire. Les deux parties ont analysé l’impact de la pandémie de la COVID-19 sur les différents calendriers de l’exécutif.

La troïka des partenaires du Burkina Faso et le gouvernement analysent l’impact de la pandémie de la COVID-19 et la crise sanitaire sur les échéances électorales mais aussi le prochain référentiel de développement du pays. A l’issue de leur rencontre statutaire, tenue le mardi 26 mai 2020 sous la présidence du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, la présidente de la troïka, Metsi Makhetha a indiqué que les partenaires ont relevé la complexité de la situation sécuritaire qui demeure et salué les efforts déployés par le gouvernement dans le contexte de la pandémie. Concernant le prochain référentiel de développement du Burkina, elle a laissé entendre que l’exécutif a rassuré de la disponibilité d’un calendrier clair.

« Nous avons aussi abordé la protection des civils. A cet effet, nous avons apprécié la sortie du président du Faso sur les allégations d’assassinat à Tanwalbougou. Il a affirmé le caractère inacceptable pour ce qui est des allégations. Les partenaires ont affirmé leur devoir de déployer les moyens pour accompagner et prévenir ces genres de situations », a fait savoir Mme Makhetha. Pour ce qui est des prochaines élections au pays des Hommes intègres, elle a confié qu’à ce jour, les partenaires ont communiqué au gouvernement une mobilisation de financement de plus de 12 milliards FCFA en plus des contributions directes à travers des appuis techniques.
Le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, a réaffirmé l’accompagnement des partenaires dans la mise œuvre du plan de riposte contre la COVID-19.

« Dans le cadre de la COVID-19, nous sommes dans un processus de relecture de la loi de finance rectificative pour tenir compte des enjeux du moment. Nous avons échangé sur les grandes orientations de cette loi de finance et communiqué ce que nous comptons faire pour combler le gap de financement des élections », a laissé entendre le ministre Kaboré tout en précisant que le budget du scrutin a été réduit substantiellement.

Joseph HARO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.