SNC : fin septembre-début octobre ?

Initialement prévue du 28 mars au 4 avril 2020 à Bobo-Dioulasso, la 20e édition de la Semaine nationale de la culture (SNC) avait été reportée à une date ultérieure, du fait des mesures restrictives liées à la COVID-19. Mais selon les informations, que Kantigui a captées en provenance de la ville de Sya, les organisateurs de la biennale seraient à pied d’œuvre pour sa tenue, avant le démarrage de la campagne électorale prévue pour le dernier trimestre de l’année.

La source de Kantigui a précisé qu’après deux jours de travaux, les présidents de commissions et la coordination de ce rendez-vous culturel auraient élaboré des scénarios avec toutes les éventualités (pluies, COVID-19 …). Au finish, a fait savoir l’informateur de Kantigui, une date aurait été retenue à cheval entre septembre et octobre prochain. « La date sera validée et officialisée par le gouvernement », a-t-il dit.


Réouverture partielle des écoles françaises

Le 6 mai dernier, Kantigui précisait que les écoles françaises de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso resteront fermées, malgré l’annonce, par le gouvernement burkinabè, de la réouverture partielle des établissements scolaires à compter du lundi 11 mai. « Les conditions de reprise rendues possibles par la décision du gouvernement burkinabè ont été rigoureusement étudiées pour les deux établissements.

L’analyse des conditions actuelles conduite en lien avec les services compétents de l’ambassade de France au Burkina Faso mène au constat que la réouverture du Lycée français Saint-Exupéry (LFSE) de Ouagadougou et l’Ecole française André-Malraux (EFAM) de Bobo-Dioulasso ne permettra pas de répondre aux exigences sanitaires et pédagogiques nécessaires à un fonctionnement serein et convenable des structures », rapportait Kantigui.

Finalement, il a appris que André-Malraux a partiellement rouvert le 1er juin et Saint-Exupéry devait l’être à compter de ce 3 juin. Selon la source de Kantigui, le retour en présentiel des élèves se fera sur la base du volontariat. Un dispositif de continuité pédagogique sera donc maintenu et adapté aux spécificités de reprise des deux établissements.


La consternation de l’Union européenne

Kantigui a été abasourdi par les massacres du weekend dernier à Sollé, au marché de bétail de Kompiembiga et sur l’axe Foubé-Barsalogho qui ont coûté la vie à une cinquantaine de personnes. Dans une déclaration, la Délégation de l’Union européenne (UE) et les chefs de mission des Etats membres de l’UE représentés au Burkina Faso, ont condamné ces lâches tueries qui visent sans distinction les populations civiles et les Forces de défense et de sécurité (FDS).

Ils ont exprimé leurs condoléances et affirmé leur solidarité aux familles des victimes, au gouvernement et à l’ensemble du peuple burkinabè. Kantigui a noté également que l’UE encourage les autorités et les institutions du Burkina Faso à faire la lumière sur les récentes allégations d’exactions, pour maintenir et renforcer davantage la confiance entre les FDS et la population.


Le recrutement de 250 sapeurs-pompiers lancé

En arpentant les couloirs du ministère de la Défense nationale et des Anciens combattants, Kantigui a pris connaissance d’un arrêté du ministre d’Etat, Cheriff Sy, portant organisation de la session 2020 du concours direct de recrutement de 250 élèves sapeurs-pompiers dont 25 filles. Le document fixe l’âge des candidats entre 20 et 23 ans au plus. Ces derniers doivent être titulaires …..

Lire l’article sur Sidwaya numerique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.