Production de riz au Centre-Ouest : 630 exploitants reçoivent des parcelles

Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydroagricoles, Salifou Ouédraogo (droite), remettant au président de la Chambre régionale d’agriculture du Centre-Ouest, Madi Kondombo, 368 ha de terres aménagées pour la production du riz.

Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydroagricoles, Salifou Ouédraogo, a remis officiellement, le mardi 9 juin 2020 à Soum dans la commune de Nanoro, région du Centre-Ouest, 368 hectares de terres aménagées aux producteurs des communes de Nanoro, Kordié et Soua.

Mise en eau depuis 2010, le barrage de Soum dans la région du Centre-Ouest est désormais fonctionnel à la grande satisfaction des producteurs. Le mardi 9 juin 2020, le ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydroagricoles, Salifou Ouédraogo, a remis officiellement au président de la Chambre régionale d’agriculture du Centre-Ouest, représentant des producteurs, Madi Kondombo, 368 hectares (ha) de terres aménagées pour la production du riz.

Cette remise entre dans le cadre du Projet de développement hydroagricole de Soum (PDH-Soum). Ainsi, ce sont donc 630 personnes qui vont bénéficier de ce premier lot. « Cela va permettre aux populations des communes de Nanoro, de Kordié et de Soua de bénéficier de parcelles pour produire du riz et d’autres spéculations en toute saison», a souligné le ministre. L’objectif, selon le coordonnateur du projet, Fatié Coulibaly est de contribuer à l’atteinte de la sécurité alimentaire par la production conséquente du riz. « Dans les prochains jours, 500 ha de terres en rive droite et 140 ha en amont du barrage seront aménagées », a-t-il précisé.

Et de poursuivre que pour bénéficier de la parcelle, chaque personne qui le désire, doit formuler une demande de parcelle et le choix est fait par tirage au sort afin de permettre d’avoir une certaine équité dans le partage. « Il s’agit de mettre à la disposition de 2000 producteurs, 1008 ha de terres aménagées en plus de la réalisation d’une station de pompage et 74km de pistes d’accès aux périmètres en vue de favoriser l’écoulement des produits après récolte », a indiqué Salifou Ouédraogo.

Améliorer les conditions de vie des populations

Grâce à cette retenue d’eau d’une capacité de 155 millions m3, 2000 personnes produiront en toute saison du riz.

Par ailleurs, il a noté que le projet a permis de construire trois écoles sur quatre, deux Centres de santé et de promotion sociale(CSPS), sur trois avec 18 forages fonctionnels. « A hauteur de 30,9 milliards FCFA, cette 2e phase du programme va impacter la vie des communautés en matière de production agricole en améliorant les revenus, l’accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement », a-t-il soutenu.

A l’écouter, le programme envisage également construire six airs de battage et de magasins de stockage et de conservation ainsi que la réalisation de marchés ruraux. Financé par la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et la Banque islamique de développement (BID), le barrage de Soum a une capacité de 155 millions m3 qui fait d’elle, la 5e plus grande retenue d’eau du Burkina Faso et la 1re de la région du Centre-Ouest.

D’une longueur de 1, 600km de digue et 14 m de hauteur avec une étendue d’eau de plus de 4000 ha, cette retenue d’eau permettra de faire la promotion de la pisciculture, car un empoissonnement de 100 000 alevins a déjà été effectué. « Pour sa bonne gestion, nous travaillons avec l’agence de l’eau du Mouhoun qui a mis en place des comités locaux d’eau afin de sensibiliser les populations. A défaut, on mettra à contribution la police de l’eau afin de délimiter la bande de servitude pour éviter l’envasement », a expliqué le responsable technique du projet, Mien Hodou.

Quant au représentant des bénéficiaires, il a relevé que l’avènement du PDH-Soum apparaît comme un ouf de soulagement pour les producteurs des trois communes. « Ces populations se réjouissent de la remise officielle des parcelles », a-t-il renchéri. A cet effet, le maire de Kordié, représentant des maires, Bazoin Bako, les a invités à prendre soin de ces parcelles. Car, a-t-il dit, la réussite du projet dépendra de leur abnégation au travail et de leur rendement.

Fleur BIRBA
fleurbirba@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.