Institut français de Ouagadougou : Une exposition pour relancer les activités

Le photographe, Nyaba L. Ouédraogo (chapeau): "Mes tableaux sur le thème du "visible" et de l'"invisible" ont été conçus durant le confinement".

Le vernissage de l’exposition baptisée « Alternances » a eu lieu le vendredi 12 juin 2020 à Ouagadougou.

Après plusieurs semaines d’interruption due à la crise sanitaire du coronavirus, l’Institut français reprend ses activités. L’événement a été marqué, le vendredi 12 juin 2020 à Ouagadougou, par le vernissage d’une exposition dénommée « Alternances ». Le public a découvert, à cette occasion, les œuvres de trois exposants burkinabè. Le sculpteur, Siriki Ky, a exposé une dizaine d’objets de culte. « J’ai créé un dialogue entre vie animale, humaine et poésie végétale avec en toile de fond, un mélange de rites et du sacré », a-t-il expliqué.

A l’écouter, la force et la beauté d’une croyance résident dans sa capacité à tolérer ou à s’ouvrir. L’artiste- peintre professionnel, Christophe Sawadogo, a dévoilé, pour sa part, 14 toiles dont 5 œuvres d’encre sur papier et 9 acryliques. Ses œuvres décryptent, selon lui, une société aux prises avec le virtuel et la matérialité. Quant au photographe professionnel, Nyaba L. Ouédraogo, il a présenté neuf tableaux autour du thème «visible et invisible». Pour lui, le « visible » proportionnel au corps de l’homme (emprisonné) et l’ »invisible », qui représente son esprit, continuent à voyager, en dépit des facteurs extérieurs. « Cette idée m’est venue durant la longue et éprouvante période de confinement », a-t-il soutenu.

Selon l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade, cette première activité post-confinement répond au besoin de revivre. Car la culture et l’art, a-t-il dit, font partie de la vie. Il était donc nécessaire, a souligné M.Hallade, que l’Institut français rouvre ses portes pour le rayonnement de la culture, et burkinabè en particulier. Et « nous sommes heureux de contempler les œuvres de grands artistes burkinabè reconnus à l’international pour cette première activité post-confinement. La qualité de leurs toiles est très remarquable », a confié le diplomate français. Le parrain de la cérémonie de vernissage, le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, s’est dit « heureux » de voir les artistes reprendre leurs activités après ce long arrêt dû à la COVID-19.

A son avis, la créativité artistique, en plus d’être un facteur motivant, ajoute du charme à la vie, après cette période de confinement. «Nous sommes ravis de savoir que les artistes ne se sont pas laissés envahir par l’oisiveté durant ce temps d’arrêt. Au contraire, ils l’ont mis à profit pour créer des œuvres incroyables», a salué le ministre Sango. Le vernissage « Alternances » se tient jusqu’au 18 juin 2020.

W. Aubin NANA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.