Transformation des produits locaux : Le ministre Harouna Kaboré visite des unités de production

Dans l’unité de transformation de la mangue fraîche, Harouna Kaboré (milieu) encourage les femmes dans leurs tâches.

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a visité le lundi 15 juin 2020, des unités de retordage de fil de coton, de production de beurre de karité et de transformation de la mangue fraîche à Tanghin-Dassouri et à Zagtouli.

L’Etat, dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie nationale d’industrialisation, a développé un nouveau code des investissements. Il permet aux promoteurs de projets industriels de bénéficier d’infrastructures à hauteur de 70% du coût. Le lundi 15 juin 2020, le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, est allé constater le travail abattu par ces promoteurs et promotrices après l’acquisition du matériel. La visite a débuté dans l’unité de retordage de fil de coton à Tanghin-Dassouri.

Là-bas, il a pu toucher du doigt les réalisations. En effet, dans cette unité, le coton est transformé en fil grâce aux machines. «Les tisseuses viennent s’en procurer pour le tissage des pagnes. Aussi, nous envisageons installer une unité de tricotage pour la fabrication de sous-vêtements et la teinture des fils », a souligné le coach en textile de l’entreprise, Abdoulaye Nabolé. Pour lui, il faut cultiver le professionnalisme en matière de textile et d’ici quelques années, le pays va occuper le marché dans ce secteur. Ensuite, le cap a été mis à l’Unité de production de beurre de karité (RAGUSSI) de Tanghin Dassouri.

Du magasin de stockage des noix de karité à celui du conditionnement du beurre en passant par les unités de concassage et de battage, le ministre a visité les différentes installations. Pour la coordonnatrice, Caroline Diallo, les équipements reçus ont permis à l’entreprise d’accroître sa production et de commercialiser des produits de qualité, car la chaîne de valeur étant complète, le travail se fait sans difficulté. « Aussi, nous avons reçu des formations sur l’acte uniforme de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique des droits des affaires (OHADA) qui nous a permis de nous structurer en société coopérative et on a également bénéficié des expositions – vente dans des foires, des évènements nationaux », a-t-elle expliqué.

Un pays industrialisé d’ici 2023

 

Le ministre visitant l’unité de retordage de fil de coton…

La dernière étape de la visite a concerné l’unité de transformation de la mangue fraiche « royale nature » et celle de transformation de karité « karibel » de Zagtouli. Dans cette industrie de grande capacité, la promotrice, Aïssata Ouédraogo, fait la transformation et le conditionnement de la mangue fraîche en mangue séchée, le karité en produits cosmétiques et du savon. Selon elle, grâce au nouveau code des investissements, son entreprise a pu acquérir des équipements de qualité qui facilitent le travail. « Ce qui a permis d’améliorer nos revenus », a-t-elle renchéri.

A écouter le ministre Harouna Kaboré, à l’issue de cette visite, ce sont des unités de production qui se spécialisent de plus en plus et 90% des produits sont exportés. « Nous sommes en train de sortir de l’exportation de la matière première brute vers des produits raffinés et de bonne qualité. Il faut donc une maîtrise de nos filières de transformation et cela passe par des reformes » a-t-il ajouté. Et le prochain défi est la communication et la publicité autour des produits.

Pour ce faire, l’initiative 100 produits certifiés par l’ABNORM « agence burkinabè de normalisation, de la métrologie et de la qualité » a été lancée. « Une communication sera faite autour de ces produits, une fois retenus afin que chaque Burkinabè puisse mieux les connaître et si on maintient le rythme de la transformation, du respect des normes de qualité et le circuit de distribution au plan national et international, d’ici à 2023, notre pays sera industrialisé et exportera des produits finis » a relevé M. Kaboré. A la fin de la visite de chaque unité de production, le premier responsable du département du Commerce a remis des lots de matériels, d’emballages et des guides de qualité à chaque promoteur et promotrice.

Fleur BIRBA
fleurbirba@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.