Aide au développement : L’AFD décaisse 61,7 milliards FCFA pour le Burkina

A travers ces échanges de parapheurs, l’AFD s’est engagée à mettre 61,7 milliards FCFA à la disposition du Burkina.

Le directeur de l’Agence française de développement, Tanguy Denieul et le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, ont signé plusieurs conventions de financement d’un montant global de 61,7 milliards FCFA, jeudi 18 juin 2020 à Ouagadougou. Les ressources sont destinées à la prise en charge des dépenses engagées pour la réponse à la crise sanitaire de la COVID-19, au programme Yéleen et au renforcement de la performance de la dépense publique, entre autres.

Au lendemain de l’adoption du projet de loi de finances rectificative à la loi de finances initiale pour l’exécution du budget 2020 en vue de prendre en compte l’impact économique et social de la COVID-19, l’Agence française de développement (AFD) met à la disposition du gouvernement une enveloppe de 4,6 milliards FCFA. L’accord de financement a été signé, dans la matinée du 18 juin à Ouagadougou, entre son directeur, Tanguy Denieul et le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, en présence de l’ambassadeur de France au Burkina, Luc Hallade.

Il s’agit d’un appui budgétaire pour prendre en charge les dépenses de fonctionnement des structures hospitalières et des équipes d’intervention rapide pour la détection et le suivi des cas de COVID-19 d’une part et d’autre part, à compenser la gratuité de l’eau dans les bornes -fontaines décrétée par le chef de l’Etat auprès de l’ONEA. Deux autres conventions, concernant le financement du programme Yéleen, à travers un crédit de 45,9 milliards FCFA et un don de 3,28 milliards FCFA, ont aussi été signées.

Selon le ministre de l’Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo, ces conventions constituent un pas en avant vers l’accès universel à l’énergie. « En effet, grâce au programme Yéleen, ce sont 52 MW de plus qui seront injectés dans le réseau électrique avec la construction de 4 centrales photovoltaïques, notamment 42 MW à Ouaga avec une capacité de stockage 10 MWH et d’autres villes comme Dori et Gaoua », a-t-il déclaré. Selon lui, Yéleen va permettre, à terme, de réduire le coût du KWH.

C’est pourquoi, il a remercié l’AFD ainsi que les autres partenaires techniques et financiers du programme à savoir l’Union européenne et la Banque africaine de développement. La 4e signature de convention, d’un montant de 31 milliards FCFA, a porté sur le financement d’un programme de renforcement de capacités en matière de gestion des finances publiques.

Ce programme va contribuer aux efforts du gouvernement dans l’amélioration de la performance de la dépense publique et la délivrance des services publics dans les zones du Programme d’urgence pour le Sahel. L’Agence française de développement a aussi marqué son accord pour débloquer la tranche 2020 d’un montant de 10 milliards FCFA de l’appui budgétaire sectoriel 2019-2021. Pour l’ambassadeur de France au Burkina, au-delà de leur montant significatif, les différentes conventions témoignent de la volonté de l’amitié entre la France et le Burkina. « Le Burkina traverse des moments difficiles et en tant qu’ami, la France souhaite l’accompagner militairement mais aussi aider à la mise en œuvre de ses politiques publiques de développement », a-t-il justifié.

Nadège YE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.